Accueil » Point de Vue » Le Proche-Orient sur une poudrière

Le Proche-Orient sur une poudrière

Dès le 07 octobre dernier, date du déclenchement de la résistance palestinienne armée de son opération victorieuse «déluge d’el Aqsa», observateurs et analystes n’ont pas écarté le recours de l’entité sioniste à l’embrasement de la région au cas où ils ne réussiraient pas à mater le soulèvement de Ghaza. C’est-à-dire que cette option était déjà envisageable par les décideurs de l’Etat hébreux et même de leurs alliés et protecteurs occidentaux. L’Iran possède un projet bien ficelé concernant le renforcement de sa puissance dans la région. Depuis la chute de l’Irak en 2003, l’Iran avait réussi à «occuper» quatre pays de la région devenus par la force des choses des pays inféodés à l’Iran. L’Irak, la Syrie, le Liban et le Yémen et d’autres pays auraient échappé de justesse à cette condition comme le Bahreïn. L’Iran avait, brillamment réussi à réinvestir le vide laissé suite à la chute de l’Irak et pis encore suite à la désertion des puissances arabes de la région Egypte et Arabie Saoudite, entre autres, ligotés par des très ambitieux projets de normalisation avec l’entité sioniste. L’Iran puise sa force de ses alliances «sacrées» avec la Russie et la Chine. D’ailleurs, elle fait partie des pays «hors la loi» selon les définitions de l’US «departement of State». Nous pourrions dire que l’Iran serait manipulé par ces deux puissances afin de créer des problèmes et taquiner leur adversaire juré les Etats unis et ses alliés. Même sur le plan diplomatique, l’Iran bénéficie d’un soutien indéfectible dans les couloirs de l’ONU, assuré par ses alliés et protecteurs la Russie et la Chine. La présence de ces puissances dans les industries militaires iraniennes est très importante. Donc, la possibilité d’une guerre risquant un embrasement de la région, n’est pas à écarter …Peut-être que les américains pourraient exploiter une telle situation afin d’en finir une fois pour toute du régime iranien devenu trop turbulent et ennuyeux. Les pays arabes, tel que l’Arabie saoudite, le Bahreïn, les EAU, le Koweït dont la présence adjacente de la puissance Iranienne représente une menace de plus en plus imminente pour la survie de ces régimes. Les iraniens ont toujours un regard envieux et avide vers les Lieux Saints de l’Islam devenu source intarissable de devises, ainsi que sur les puits inépuisables de pétrole de l’Arabie saoudite. Les enjeux sont énormes et toutes les puissances internationales et régionales visent à obtenir quelques profits et régler des comptes par le truchement de ces conflits. Les américains pourraient, également, profiter de cette probable situation conflictuelle afin de reconfigurer la géopolitique de la région.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La sécurité sanitaire 2025-2030

La sécurité sanitaire pourrait avoir ...

Le dessalement: une option stratégique

Face à l’indisponibilité de l’eau, ...

2027, serait-elle, l’année de l’émergence?

C’est une thèse qui n’est ...

Les vents des présidentiels

A cinq mois des élections ...

L’Etat des investissements en Algérie

Avant de penser à donner ...