Accueil » ORAN » Enième hausse des prix des produits alimentaires. Le pouvoir d’achat n’en peut plus !

Enième hausse des prix des produits alimentaires. Le pouvoir d’achat n’en peut plus !

Alors que la crise sanitaire due à la propagation inquiétante de la Covid-19, laquelle dure depuis des mois, n’a pas impacté le pouvoir d’achat des Algériens, ce sont les producteurs algériens qui se sont illustrés par des hausses injustifiées pour certains produits. En fait, il a suffi d’une légère hausse du prix du sucre industriel pour que les autres producteurs enchaînent avec des hausses qui n’ont pas lieu d’être, expliquent les représentants des Associations de protection des consommateurs. Il faut dire que le consommateur ne s’attendait pas à des perturbations à grande échelle, à court terme. En effet, les producteurs disposent de moyens alternatifs, ont assuré les Associations. A vrai dire, les prix des produits alimentaires de large consommation, notamment le sucre, l’huile, le café et certains produits agricoles, ont enregistré une forte hausse ces derniers jours. Les consommateurs algériens restent interloqués par cette tournure et commencent même à exprimer leur colère. Cela survient à un moment où de nombreuses familles souffrent encore des vestiges de la crise du Coronavirus. Alors que certains attribuaient la raison de l’augmentation des prix à l’effondrement de la valeur du dinar ces jours-ci et aux frais imposés aux importateurs, la Fédération de la protection des consommateurs a mis en garde contre le fait de profiter de la préoccupation pour le campagne référendaire et du manque d’explications convaincantes de le part des autorités compétentes sur les hausses des prix de certaines denrées alimentaires non spéculatives et à l’épuisement des poches des citoyens algériens. Il est vrai que les hausses ne dépassent pas les 05 à 07 dinars mais pour les citoyens aux faibles revenus, l’addition reste salée puisque les nécessités de tous les jours demandent l’achat de sucre, de café et de l’huile. Parmi les denrées alimentaires qui ont récemment connu une hausse des prix, les pâtes arrivent en tête de liste avec une augmentation allant de 5 à 10 DA ainsi que le lait en pack. Les augmentations concernent également le café de 5 DA, l’huile de 1, 2 et 5 litres de 10 et 15 DA, les boîtes de confiture, toutes marques confondues, et enfin divers produits d’entretien qui ont vu leur prix augmenter de 10 à 20 DA. Même les produits laitiers n’ont pas échappé à la hausse des prix, mettant en gêne les consommateurs qui avaient l’habitude de répondre aux besoins de leurs progénitures. Enfin, sauf un revirement ou une réaction énergique des hautes autorités, ce sont les consommateurs qui vont se faire brûler les doigts.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Les résidents du Pôle urbain Ahmed Zabana outragés. Pas une seule goutte d’eau dans les robinets

Alors que les résidents du ...

Déficit en infrastructures au Pôle urbain « Ahmed Zabana ». La rentrée scolaire met à nu les carences de la cité

La ville que les autorités ...

Les enfants transférés sans être avisés. Un nouveau CEM décidé dans l’urgence à la cité AADL Ahmed Zabana?

La rentrée scolaire n’a pas ...

Distribution du lait en sachet et huile de table à Arzew. Une production pour réaliser l’autonomie

Pourquoi la pénurie de l’huile ...

Pôle urbain Ahmed Zabana. Un CEM suffira-t-il pour toute une cité?

La nouvelle rentrée scolaire ne ...