Accueil » ACTUALITE » La mutation digitale dans le secteur de la Santé se poursuit. Vers le «zéro papier» dans les hôpitaux

La mutation digitale dans le secteur de la Santé se poursuit. Vers le «zéro papier» dans les hôpitaux

Comment se faire soigner ou opérer sans être munis de document ou papier? Pourquoi la digitalisation garantit la santé du malade et minimise ses risques ? Les experts sont unanimes à dire que la digitalisation du secteur de la santé est un facteur de célérité d’une intervention effectuée sur un malade et peut souvent prolonger ou assurer sa survie des suites à un accident, un malaise ou une maladie. Bientôt ce sera la fin du casse-tête de la paperasserie administrative pour les patients dans les hôpitaux qui enregistrent une mue digitale. Un secteur aussi stratégique que celui de la santé ne pouvait agir autrement. Un secteur donc vital pour lequel l’Algérie consacre chaque année plusieurs centaines de milliards de da afin de prendre en charge les préoccupations des malades sans parler des paiements de transferts sociaux et des médicaments par la carte chiffa. Un secteur aussi stratégique qui se devait d’amorcer une nouvelle digitalisation de ses prestations et services. Le ministère de la santé en Algérie poursuit sa mue digitale à un rythme soutenu. Les malades avaient été durant des décennies otages de lourdeurs de prestations dont les inscriptions aux opérations chirurgicales nécessaires, les accouchements précoces et ou à danger pour les femmes enceintes, les interventions d’opérations et autres prestations liées à leur prise en charge dans les hôpitaux. Une stratégie de mise en œuvre de dématérialisation de la gouvernance médicale, de prise de décision de médecins, de la formation et de la recherche au sein des hôpitaux à l’instar de ce qui a été fait dans les universités algériennes et l’État civil algérien, les prestations des assurances et de sécurité sociale pour atteindre un taux de «zéro papier». Tout compte fait, le ministre de la Santé, M. Abdelhak Saihi, a annoncé mercredi 8 mai 2024, que le taux de numérisation des établissements de santé a atteint les 93%. Une avancée majeure qui s’inscrit dans la politique de modernisation enclenchée par le ministère. M. Sayhi a réitéré son engagement de concrétiser cette transformation digitale en exhortant les responsables du secteur à “finaliser le processus de numérisation des établissements hospitaliers dans son intégralité”. L’Algérie jouit d’un gisement inestimable d’hôpitaux publics, de centres de soins, de maternités et d’établissements de santé de proximité (EPSP), sans compter ceux du secteur privé qui ont poussé comme des champignons en Algérie ces dix dernières années au prix des réformes législatives et administratives. Cette directive consistant en la numérisation du secteur, s’inscrit dans le cadre de la volonté du ministère de “faire de la modernisation du secteur de la santé un objectif primordial au service du patient avant tout”. Lors d’une rencontre tenue par visioconférence, le ministre a appelé les directeurs de la santé et les responsables des établissements sous leur tutelle à œuvrer sans relâche pour faire de cette numérisation une réalité palpable. Une démarche qui vise à améliorer la qualité des services offerts aux patients, à faciliter l’accès aux soins et à optimiser la gestion des ressources humaines et matérielles. Le ministre de la Santé, M. Abdelhak Saihi, a salué ce jour les “résultats tangibles” enregistrés depuis le lancement de la numérisation des établissements de santé, soulignant que le taux d’avancement a atteint 93%. Cette avancée majeure, marquée par la dématérialisation de la gestion des listes d’attente et l’adoption du dossier électronique du patient, a été qualifiée par le ministre de “grande victoire”.
Face à l’augmentation des cybermenaces ciblant le secteur de la santé, le ministère de la Santé lance une campagne de sensibilisation destinée aux professionnels du domaine. Cette initiative, saluée par le ministre Abdelhak Saihi, vise à renforcer la vigilance des acteurs de ce secteur face aux dangers du cyberespace et à les responsabiliser en matière de protection des données sensibles. M.Sayhi a souligné la nécessité d’une vigilance accrue dans le contexte numérique actuel, rappelant les problèmes posés dans les espaces électroniques et les responsabilités et délits qui en découlent. Il a insisté sur l’importance d’une gestion responsable des incidents numériques, soulignant que “les différents cadres doivent traiter ces questions dans un cadre officiel”. Cette initiative met en lumière l’engagement du ministère de la Santé à garantir la protection des données des patients et à préserver la confiance dans le système de santé algérien.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Coup d’envoi à Oran des Assises nationales des cadres de la jeunesse. Le boxeur Mustapha Moussa, sorti du coma, reçoit la visite du ministre Hamad

Le ministre de la Jeunesse ...

Un grand «Défi» lancé à Mers El Hadjadj. Redorer le blason terni aux plages de la Côte- Est

Il ne se passe pas ...

Ouverture du «Premier» Salon international de l’Artisanat à Oran. Des branches de l’Olivier de Palestine en guise de reconnaissance à l’Algérie

Quelle meilleure illustration de la ...

Zitouni préside une réunion à quelques jours de l’Aïd El Kebir et de la saison estivale. Objectif : assurer la disponibilité des produits

Faut-il se passer et sacrifier ...

Les deux autres «Grands» projets d’Oran. Dépollution du Lac de Dhaya Morsli et construction de la Stèle d’El Emir

Outre les projets d’investissement en ...