Accueil » ORAN » St Hubert, Protin, les Mimosas, les Amandiers… Des extensions anarchiques

St Hubert, Protin, les Mimosas, les Amandiers… Des extensions anarchiques

«Ce qui est insolite à Oran, les extensions sauvages atteignent des cités entières sans que les autorités locales n’interviennent pour y mettre fin, bien informées pourtant de la situation, puisque cela dure depuis des années. La presse en fait état constamment du danger. Malgré les lois réprimant ce genre de pratique, certains citoyens inconscients continuent à maçonner ». Le phénomène des transformations anarchiques au niveau de certains immeubles commence à prendre de l’ampleur dans toute la ville d’Oran, compte tenu de l’absence et du silence de certains responsables et élus censés veiller à l’application de la loi qui interdit formellement ce genre de travaux sans autorisation préalable dûment délivrée par les services concernés. Ce phénomène touche la majorité des cités. St Hubert, Protin, les Mimosas, les Amandiers… Ainsi que dans toutes les nouvelles cités nouvellement réalisées sont complètement défigurées par des aménagements anarchiques et illicites. Le phénomène a pris une grande ampleur au point où certains habitants ont pris la liberté de construire des locaux commerciaux tel des kiosques à tabac Dans un contexte global d’anarchie, la ville d’El Bahia, considérée comme la vitrine de l’ouest algérien perd de plus en plus le visage traditionnel d’une ville à l’urbanisme bien étudié et en parfaite harmonie avec ses spécificités. Or, cet aspect essentiel de la qualité du bâti a été non seulement négligé par les responsables et élus mais aussi encouragé par le laxisme et l’impunité qui a fait des ravages ces vingt dernières années. Plus grave encore, rien n’a été fait par les responsables pour freiner ce phénomène, voire stopper cette forme d’expansion aux conséquences néfastes pour le cadre urbanistique et la qualité de vie dans les cités d’habitation. Y’a-t-il une complicité ailleurs, du fait que ces hors la loi jouissent d’une totale impunité ? Déplorent de nombreux habitants mécontents. En effet, peu soucieux de l’apparence des façades des immeubles qu’ils viennent d’occuper depuis quelques mois dans les nouvelles cités. Il s’agit d’une véritable anarchie, certains habitants n’ont aucune notion de civisme, ils se comportent comme s’ils étaient dans un douar. Une véritable catastrophe causée par certains habitants inconscients, ils défient la logique, la raison, l’architecture, l’esthétique et surtout l’environnement ! Ils cherchent un toit durant des années, mais dès qu’ils l’obtiennent, ils s’arrogent le droit de le transformer.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Quartier de Choupot. Les rues Soufi Zoubida et Smain Med sombrent dans le désordre

A Hai Abdelmoumene (Ex-Choupôt), la ...

Drogue et psychotrope. Prévenir la consommation chez les jeunes

Le phénomène de la consommation ...

Clôture de l’année scolaire et fête de l’enfance «La crèche est un moyen pour les enfants de s’ouvrir au monde»

La clôture de l’année scolaire ...

Vol de biens immobiliers. Le phénomène perdure

Des bandes spécialisées et versées ...

Saison estivale 2024. Les plages seront-elles sous hold-up

Le phénomène d’occupation illégale des ...