Accueil » ORAN » Il emboite le pas au poisson frais. Le surgelé également hors de portée!

Il emboite le pas au poisson frais. Le surgelé également hors de portée!

Le poisson ne se pose plus dans les tables des familles oranaises, c’est le fait marquant de ce Ramadan, et ce, en raison des prix exorbitants affichés par les vendeurs. En fait, les Oranais sont connus comme étant des consommateurs de poissons, en particulier, durant le mois de Ramadan, sauf que cette année, il faut bien faire l’impasse car les prix sont hors de portée. A vrai dire, les consommateurs avaient une solution de rechange, à savoir se diriger vers les poissons surgelés, mais les prix de ces derniers ont également connu une hausse distinctive par rapport à l’année passée. A vrai dire, ne sachant à quel saint se vouer, les consommateurs restent pantois devant les ardoises affichées dans les différents marchés d’Oran, revenant souvent bredouilles et parfois avec le tournis et des maux de têtes sachant qu’ils doivent changer de menu chaque jour. En fait, les prix des poissons frais ne sont plus à la portée des Oranais, quel que soit leur niveau social, étant donné que les prix ont connu une hausse inégalable, ce qui s’est répercuté sur les prix des poissons surgelés. Sans donner de raisons valables, les vendeurs répliquent avec le même refrain: «les prix ont augmenté car le dinar est en chute par rapport à l’euro.» Une explication mal digérée par les clients qui ont tendance à accepter sans rechigner, des hausses des prix qui reviennent à la normale dès que le Ramadan fait tomber le rideau. Manifestement, les Oranais feront l’impasse sur les calamars et les filets de sole, même les cuisses de crabes ne sont plus à la portée des familles aux faibles revenus car il faut compter dépenser plus de 1500 da pour consommer un produit surgelé. Cela se passe au moment où la viande rouge locale a atteint des prix record, jamais égalés par le temps. En effet, à 3200 DA le kilogramme qui peut se permettre de dépenser une telle somme, sachant que le pouvoir d’achat est toujours en régression ? Une chose est sûre, ces hausses dues à des comportements malsains de certains commerçants n’auraient pas pu être avec une production locale qui peut assouvir la demande locale.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Alors que le marché communal demeure inoccupé. Les vendeurs à la charrette préfèrent les rues

En dépit de l’ouverture du ...

Enième coupure d’eau au Pôle urbain Ahmed Zabana. Les colporteurs ambulants jubilent

L’eau ne coule plus dans ...

Distribué en peu de quantité à l’AADL « Ahmed Zabana » La crise du lait en sachet coïncide toujours avec le Ramadhan

Avec l’arrivée de chaque Ramadhan, ...

Premier jour du Ramadhan à l’AADL Ahmed Zabana. Les commerçants en profitent, les citoyens en déclin

Alors que la population oranaise ...

Hausse des prix des fruits et légumes à cause des fortes pluies. La banane est importée, pourquoi est-elle impactée?

Ces derniers jours, des averses ...