Accueil » CHRONIQUE » Bureaucratie et Covid Une alliance sacrée

Bureaucratie et Covid Une alliance sacrée

Les petites entreprises souffrent. La pandémie d’abord, mais pis encore, elles ne sont pas payées à temps, pour leurs travaux et leurs prestations. Leurs factures sont oubliées. Parfois, l’oubli est consciemment prémédité. Je crois qu’il y a quelques jours, nous avons abordé la tragédie des concessionnaires de la collecte des ordures ménagères et leur périodique bras de fer avec les occupants de l’hôtel de ville …d’Oran. Nous avons, par la même occasion, soulevé le problème de la gestion clopinante des finances de la Commune… Ce qui se passait au niveau de la commune d’Oran, n’est en fait qu’un échantillon représentant une situation se répandant comme une tache d’huile, sur l’ensemble du territoire national …Quand une mauvaise gestion est constatée au niveau central, elle va sûrement impacter les sphères inférieures, pour atteindre la commune la plus reculée de la République. Nous n’allons pas exiger du ministre ou d’un quelconque haut responsable politique de l’Etat, de se trouver, en même temps, au four et au moulin. Cependant, un responsable politique est appelé à mettre sur pied les mécanismes adéquats et les structures efficaces de contrôle, permettant un suivi à jour et à bon escient de la gestion des services de l’Etat. Pourquoi un maire n’est pas dérangé quand il ne fait pas son travail correctement: comme, par exemple, ne pas régler à temps les dus pécuniaires de ses partenaires privés qui l’aident dans la gestion des affaires de la commune: Entrepreneurs, concessionnaires, artisans, troupes artistiques, fournisseurs….Il n’y a pas d’autres explications à ce qui se passe que le facteur de l’impunité. Un quelconque maire, certes avec ses prérogatives limitées, ajoutées à ses aptitudes professionnelles affreusement, plus limitées…, qui se retrouve à chaque fois le nez brisé contre le mur, aura à faire recours à la fourberie et à la tromperie, en vue de se tirer d’affaire et sauver la face.. Et, du moment que nous avons opté pour un Centralisme à outrance, pour gérer les affaires de plus de 40 millions d’âmes, éparpillées sur un territoire à l’aspect continental, de plus de 02 millions 380 millions de km2, ce sont donc les sphères supérieures qui sont appelées à trouver les solutions appropriées. Et, du moment qu’avec une telle situation dépassant l’entendement humain, l’on ne va pas savoir, en fin de compte, à quel saint se vouer. Un ministre quelles que soient ses capacités et celles de ses collaborateurs, ne peut pas gérer les affaires de 1.541 communes, sachant bien que certaines d’entres elles, possèdent les caractéristiques de villes–Etats. Donc, optez pour plus de décentralisation et en même temps pour plus de suivi.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Stockage ! A pied d’œuvre

A moins de deux mois ...

Pluies salvatrices

Enfin et après des longs ...

«Mieux vaut tard que jamais» Pluie de bon augure !

Bien que son arrivée soit ...

L’huile de table commence à se faire rare

Ce matin, en ouvrant ma ...

Le gaz algérien sauverait-il l’Italie?

Le partenaire italien vient de ...