Accueil » CHRONIQUE » Jusqu’à quand?

Jusqu’à quand?

La famille universitaire est en deuil et sous le choc après la mort tragique d’un jeune étudiant à Oran. Alors que les larmes n’ont pas encore séchés après le décès dramatique de l’étudiante Nacera à la cité universitaire pour filles, Ouled Fayet à Alger, Imad Eddine Raouane, originaire de Tiaret, a été renversé dans la nuit du dimanche 14 février par une voiture devant la cité universitaire Rezoug Belkhir à Oran, alors qu’il tentait d’échapper à «une tentative d’agression». Le défunt Imad Eddine Reaouane, âgé de 23 ans, était inscrit en première année master en hydraulique, à l’USTO, non loin de la cité universitaire Rezoug Belkhir. On a retrouvé sur lui 110 DA. Comment peut-on consoler sa famille? Il ne suffit pas d’une lettre de condoléance d’un haut responsable du pays pour apaiser le chagrin des parents, proches et ami-e-s du jeune défunt parti à la fleur De l’âge. Oui, nos cités ne sont pas sécurisées et il ne fait pas bon vivre dans ces cités universitaires. Et pourtant, juste après l’incident tragique de la cité d’Alger, Djerad a ordonné des mesures «urgentes de réhabilitation» pour les cités universitaires qui connaissent un état de dégradation des immeubles et des équipements». Djerad a également recommandé de « prendre les mesures nécessaires relatives à l’amélioration de la qualité des prestations liées à la restauration et au transport des étudiants». Mais le premier point de la réhabilitation des cités universitaires et l’amélioration de la vie universitaire passe par la sécurité dans la cité et dans ses alentours. L’insécurité dans les cités ne date pas d’aujourd’hui, elle date du début des années 80. Qui est responsable de la sécurité dans la cité et dans les alentours de la cité? Aucun responsable du pays n’osera répondre à cette question alors que c’est l’Etat qui en est responsable. Sous d’autres cieux, un tel incident est synonyme de démission et de limogeage de plusieurs hauts responsables du pays. Pourquoi les alentours de la cité universitaire ne sont pas équipés de caméras d’autant qu’il y a eu des «meurtres» et incidents. L’université a besoin d’une refonte et non pas de réformes et=ou de mesures. Jusqu’à quand, continuerons-nous à pleurer nos enfants?

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le Covid fait encore peur!

La France est actuellement confrontée ...

Le «forcing» de l’OPEP+

Les prix du pétrole ont ...

L’UE se retourne vers Alger!

Après l’arrêt des livraisons de ...

Ça gaze à l’UE !

Le plafonnement du prix du ...

La gériatrie, l’autre requête…

Le président du Conseil national ...