Accueil » CHRONIQUE » L’obésité, l’autre danger!

L’obésité, l’autre danger!

Depuis la première alerte lancée par l’Organisation mondiale de la Santé en 1997 sur la «première épidémie non infectieuse de l’histoire de l’humanité», l’obésité n’a cessé de s’étendre. Elle touche aujourd’hui plus d’un milliard de personnes dans le monde dont 650 millions d’adultes. Le ministre de la Santé, Abdelhak Saihi, a affirmé, jeudi à Alger, que toutes les politiques et programmes nationaux s’étaient intéressés à résoudre le phénomène de l’obésité et œuvraient à en limiter la prévalence. D’après une étude faite par le ministère de la Santé ciblant des personnes, âgées entre 18 et 69 ans, deux femmes sur trois et un homme sur deux souffrent de surpoids, a expliqué le ministre, rappelant les dernières statistiques faisant état de 12 à 14 % d’enfants entre 0 et 5 ans atteints de cette maladie. L’obésité ou le surpoids est devenu un danger pour la santé des Algériens surtout quand cela touche les enfants. L’obésité est un phénomène mondial. D’après «Santé Maghreb», les rapports établis par la Direction de la Santé et de la Population d’Oran, en collaboration avec les unités de suivi de la santé scolaire et les UDS, relèvent que «10,3% des élèves sont en situation de surpoids, obèses, parmi lesquels plus de 11% sont scolarisés dans le cycle secondaire, 10,9% dans le palier moyen et 9% du niveau primaire», soulignant que « ces chérubins obèses et qui continuent à prendre du poids, sont âgés entre six et 16 ans». Les mêmes services indiquent avoir recensé «un taux de 14% d’enfants scolarisés en excès de poids». En mars dernier, en Algérie, pas moins de 21% des adultes en Algérie souffrent d’obésité, ce qui représente plusieurs millions de personnes et une hausse de 76% a été enregistrée durant les 15 dernières années, a révélé le professeur Rachid Malek, chef de service médecine interne à l’hôpital de Sétif, lors d’une journée d’information, organisée à Alger par le groupe pharmaceutique Novo-Nordisk. Au demeurant, le ministre qui présidait l’ouverture des travaux du 1er Congrès de la Société algérienne d’obésité et maladies métaboliques, a souligné que «la mise en place d’un plan d’action d’une stratégie, des politiques et des programmes pour juguler cette maladie et réduire sa prévalence est au centre des préoccupations nationales». Le ministre a mis l’accent sur « la nécessité de promouvoir une alimentation saine en vue d’une prévention contre les facteurs d’obésité». Les Algériens ne connaissent pratiquement rien de l’obésité et de ses risques. Déjà, il faut établir un programme de sensibilisation contre ce phénomène visant aussi les enfants et les jeunes. Un programme «moderne» et «attractif» et non «archaïque» avec des slogans. Les médias lourds devront être associés. Il faudra insister sur la pratique sportive en «poussant» et «motivant» les diverses associations de s’y associer. Pourquoi ne pas s’inspirer des expériences occidentales dans le domaine de la lutte contre l’obésité.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le tri sélectif, c’est de l’argent à gagner!

Que faire de nos déchets? ...

Le blé, l’autre «char»!

Malgré la chute des prix ...

La Palestine encore agressée!

Neuf Palestiniens ont été tués, ...

L’OPEP+ inflexible !

Les prix du pétrole brut ...

Un partenariat gagnant-gagnant!

Le président Tebboune a affirmé, ...