Accueil » CHRONIQUE » La préoccupante question de la santé mentale !

La préoccupante question de la santé mentale !

L’Algérie a entrepris plusieurs actions et mobilisé des ressources variées pour améliorer les services de santé mentale, tant dans la prévention que dans la prise en charge des troubles mentaux. Cette démarche est motivée par l’augmentation des troubles mentaux et de la demande de soins, ce qui en fait un enjeu de société majeur. Ces efforts visent à renforcer les services de santé mentale, à garantir les droits des personnes concernées et à répondre à la complexité de cette problématique, impliquant les acteurs de la santé, du social et du politique. Le ministère de la Santé a organisé une journée d’étude à Alger sur l’amélioration de la prise en charge de la santé mentale. L’objectif est de garantir une assistance optimale aux personnes souffrant de maladies mentales, les traitant de la même manière que les autres maladies. Le ministre de la Santé, Abdelhak Saihi, a souligné l’importance de promouvoir la santé mentale et a affirmé que les patients atteints de troubles mentaux doivent bénéficier des mêmes conditions de traitement que les autres patients. Il a également insisté sur la nécessité d’améliorer les conditions d’hospitalisation et de traitement pour ces patients. Le ministre a appelé au «renforcement du système juridique» pour la prise en charge des patients atteints de troubles mentaux, ainsi qu’à la coopération et la coordination entre les secteurs concernés, notamment la santé, la justice, l’éducation et la jeunesse, faisant état de l’ouverture de trois nouveaux centres intermédiaires de soins en addictologie à Blida, Constantine et au sud du pays. Le ministre a mis en avant « l’importance de la valorisation des tâches du personnel paramédical dans la prise en charge des malades atteints de troubles mentaux », ainsi que « la relance de la formation dans ce domaine à partir du mois de septembre prochain ». Le sous-directeur de la promotion de la santé mentale au ministère, Chekali Mohamed, a souligné que la journée d’étude vise à mettre en lumière les défis de la prise en charge des patients souffrant de troubles mentaux. Il a appelé à une coordination entre les centres publics et privés pour améliorer leur prise en charge. «Le travailleur n’a pas besoin uniquement de salaire. Il a besoin d’un environnement de travail sain, sans harcèlement et sans pressions inutiles et contreproductives», avait récemment indiqué le SG de l’UGTA, Takjout, révélant que l’UGTA a dédié un département pour la santé mentale et développera tous ces sujets lors de la prochaine conférence académique.« L’UGTA est en train de préparer un travail dans ce sens et nous avons même lancé une enquête en ligne pour savoir comment les choses évoluent dans les entreprises », a encore révélé le patron de la Centrale syndicale, soulignant que « le travailleur algérien est aussi concerné par la transition climatique qui touche le monde entier, car elle est synonyme de pertes et de créations d’emplois».

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

De gros moyens contre les feux de forêts

Les dégâts causés par les ...

OPEP, réunion décisive en juin

L’OPEP approche un moment décisif ...

Cancer, tout pour un diagnostic précoce

En Algérie, environ 55 000 ...

Netanyahu isolé, la victoire de la Palestine!

Lundi, le procureur de la ...

L’Emir Abdelkader revient cette semaine!

Les historiens de la Commission ...