Accueil » ACTUALITE » Plus de 88 tonnes de résine de cannabis saisies en 2020 en Algérie. L’autre danger qui nous guette !

Plus de 88 tonnes de résine de cannabis saisies en 2020 en Algérie. L’autre danger qui nous guette !

L’Algérie sait, désormais, qui fait quoi? Fait insoupçonnable, les drogues marocaines menacent d’envahir l’Algérie. Pourquoi pas le monde? Plusieurs types de drogues ont été introduits, ces dernières années, en Algérie. En plus du cannabis (drogue douce), il existe la cocaïne, l’héroïne, le crack et les nouvelles substances psycho actives “NSP”. L’introduction de ces produits toxiques s’effectue sur la base du “risque de nocivité” préalablement étudié, confie un expert. Souvent, les drogues alimentent les réseaux criminels. Un danger “double” auquel sont confrontés les “pays de transit”, comme l’Algérie. On se souvient qu’en 2018, un diplomate algérien répondait à un journaliste que la cause de « rupture de dialogue” entre l’Algérie et le Maroc était également en lien avec la lutte contre le trafic de drogue». Il n’avait pas du tout tort. Il est admis par les spécialistes que l’Algérie demeure un “pays de transit” des drogues. Mais ce qui est recherché, est de ternir l’image du pays. Ce dessein, “mal avoué” par le Makhzen, est sans cesse avorté. Pourquoi ce “poison” qui mène la vie dure aux jeunes algériens, s’est multiplié ces dernières années? Qui en sont les véritables instigateurs? Le Maroc qui utilise ses drogues comme un “fonds de commerce”, espère avoir tout à gagner à polluer l’”atmosphère”.Pour autant, les services de sécurité algérien qui gardent, de plus en plus, l’oeil vigilant aux frontières avec le pays voisin, enregistrent des saisies de drogue aussi bien spectaculaires que sans cesse croissantes. Il est démontré que les plus grandes quantités de drogue saisies en Algérie sont celles issues de résine de cannabis en provenance du Maroc. Le “Makhzen” qui s’est illustré ces dernières années par sa politique de “narcotrafication”, ne recule devant rien. Les saisies de résine de cannabis, en Algérie, en 2020, ont augmenté de plus de 60%. Cela a été rendu possible grâce à la “recrudescence” montée en Algérie du contrôle et de la surveillance aux frontières. Plus de 88 tonnes de résine de cannabis ont été saisies en Algérie durant l’année 2020, dont 55,52% dans l’Ouest du pays, selon un bilan de l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie (ONLDT) qui relève que la quantité saisie a enregistré une hausse « substantielle » par rapport à 2019. A titre illustratif, en août 2020, les services de la lutte contre les diverses drogues de la sûreté de wilaya d’Oran ont démantelé un important réseau de narcotrafiquants et saisi 88 kg de résine de cannabis.
« Au total, 88.702,581 kg de résine de cannabis ont été saisis, durant l’année 2020, dont 55,52% dans la région Ouest du pays », a précisé l’Office dans son rapport, se référant au bilan des services de lutte contre les stupéfiants (Gendarmerie nationale, DGSN et Douanes). La quantité de résine de cannabis saisie, durant l’année 2020, a enregistré une hausse de 60,89% par rapport à l’année 2019, en raison surtout du renforcement du dispositif sécuritaire au niveau des frontières, selon la même source. Selon le rapport de l’Office, 41,08% des quantités de résine de cannabis saisies ont été enregistrées dans la région Sud du pays, 1,96% dans la région Centre et 1,44% dans l`Est du pays. S’agissant des drogues dures, la quantité d’héroïne, saisie en Algérie, a fortement augmenté, passant de 304,105 grammes en 2019 à 2.372,278 grammes en 2020, soit une hausse de plus de 680%, révèle le même bilan. La quantité de cocaïne saisie a enregistré une baisse de 89,75% passant de 315.759,404 grammes à 32.353,827 grammes durant la même période de référence. En revanche, les saisies des substances psychotropes ont connu une « très forte augmentation », note le rapport de cet organisme, passant de 2.085.923 à 6.045.289 comprimés durant cette même période, soit une hausse de 189,81%, dont 27,45 % ont été confisqués à l’Ouest du pays. Selon les investigations menées par les services concernés, 64.321 individus ont été impliqués dans des affaires liées à la drogue, en hausse de 37,17 %, dont 194 étrangers, selon le même bilan qui fait état de 1.793 personnes en fuite. Les données de l’ONLDT révèlent également que parmi les personnes impliquées, 11.644 sont des trafiquants alors que 28.339 sont des usagers de résine de cannabis et que 10.754 sont des trafiquants de substances psychotropes et 12.952 autres sont des usagers. S’agissant du trafic de drogues dures, il concerne 247 trafiquants et 164 usagers de cocaïne et 83 trafiquants et 91 usagers d`héroïne. Durant l’année précédente, 51.753 affaires ont été traitées par les services de lutte, contre 37.180 affaires par rapport à 2019, soit une augmentation de 39,20%. Sur le total de ces affaires traitées, 13.577 sont liées au trafic illicite de drogue, 38.148 autres affaires relatives à la détention et à l’usage de drogue et 28 affaires liées à la culture de cannabis, conclut la même source.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Un mois pour l’obtention de l’autorisation d’importation. La course contre la montre des concessionnaires

Est-ce le bout du tunnel? ...

Enseignement supérieur 38. universités algériennes dans le top 500

Quel nouveau rôle pour l’université ...

Efforts considérables et intenses des services de police en ce début 2023. Efficacité, professionnalisme et performances

Les actes liés à la ...

Pour lutter contre le phénomène du monoxyde de carbone. Sonelgaz va installer 22 millions de détecteurs

Il est impératif de savoir ...

Retour en force des T- Shirts et maillots de l’EN sur la place publique. Vente en ligne, en gros et en détail

Oran qui a, depuis la ...