Accueil » CHRONIQUE » SOS cancer!

SOS cancer!

On ne joue pas avec la vie des malades chroniques. Ces dernières années, des médicaments des maladies chroniques sont en rupture. La situation semble être grave pour les cancéreux. Beaucoup de promesses faites, mais la situation s’aggrave. La présidente de l’association El-Amel d’aide aux cancéreux Hamida Kettab, dans un entretien accordé à TSA, confirme que la situation est dramatique. Tout en tirant la sonnette d’alarme, elle interpelle Tebboune d’intervenir pour mettre un terme à ce qu’elle qualifie «de négligence ». Elle n’hésite pas à crier qu’«il y a une rupture nationale de médicaments destinés au traitement des enfants atteints de cancer». Hamida Kettab précise qu’il y a uniquement des centres spécialisés en oncologie pédiatrique qui sont tous localisés à Alger. Ce qui fait que les enfants de toutes les régions d’Algérie «sont obligés de se déplacer et de venir au CHU Mustapha, au CHU Nefissa Hamoud (ex-Parnet) et au CHU de Béni Messous». La Présidente d’El-Amel déplore la pénurie des médicaments dédiés à la chimiothérapie. «Et pourtant, il ne s’agit pas de produits innovants ou d’immunothérapie, mais tout simplement, de produits de base pour les chimiothérapies qui traitent les enfants et qui ne coûtent pas cher du tout». Ces déclarations sont confirmées par la Pr Houda Boudiaf, cheffe de service d’oncologie pédiatrique à l’hôpital Mustapha Bacha d’Alger, quant à la pénurie de traitements anti cancer en Algérie. La pénurie s’aggrave depuis plus de quatre mois, soit depuis septembre 2020. «Nous ne pouvons pas continuer à soigner nos malades dans de telles conditions (…), les enfants cancéreux sont en danger de mort», a-t-elle dénoncé à El Watan. Elle souligne que la pénurie avait provoqué le retard de la prise en charge de plus de 200 patients, avec les complications (grosses tumeurs, métastases…). «Nous ne pouvons pas nous taire devant une telle situation. Nous demandons des médicaments pour soigner nos patients, ni plus ni moins», a-t-elle appelé. Et pourtant, il y a eu un précédent où l’on se souvient que des malades cancéreux et de SIDA ont tenu des sit-in pour dénoncer la pénurie des médicaments. Tout récemment, Pr Zitouni a fait le constat d’échec sur le traitement anti cancer en proposant des solutions. Le ministre de la santé n’a pas réagi et n’a pas rassuré les malades et leurs familles. Les cancéreux et leurs familles souffrent le martyr. Les séances de chimiothérapies sont un calvaire pour les malades et leurs proches. Il est temps d’agir et de revoir la stratégie de lutte contre le cancer. Un cancéreux a besoin d’une vraie et bonne prise en charge par l’Etat. Souvent, c’est sa famille qui supporte le poids de la maladie. Les pauvres meurent à petit feu car ne pouvant faire face aux charges financières de la prise en charge du malade. Il est temps d’agir et de réagir.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

L’UE se retourne vers Alger!

Après l’arrêt des livraisons de ...

Ça gaze à l’UE !

Le plafonnement du prix du ...

La gériatrie, l’autre requête…

Le président du Conseil national ...

Les propositions des syndicats de l’Education

Les syndicats du secteur de ...

La guerre de l’UE pour le gaz!

L’approvisionnement en gaz de l’Europe ...