Accueil » ORAN » Produits périmés et contrefaits. Un marché juteux

Produits périmés et contrefaits. Un marché juteux

Le marché parallèle a un impact négatif sur l’économie nationale. De prime abord, ce secteur illicite nuit à la santé publique d’autant plus qu’environ 70% des produits commercialisés sur ce marché noir sont contrefaits et périmés, l’informel constitue aussi un obstacle au développement du marché national et engendre aussi une concurrence déloyale dans l’activité commercial. Cédés à des prix qui défient toute concurrence, des produits périmés font le bonheur de personnes qui ne sont attirées que par la somme à débourser, certains revendeurs véreux n’hésitent pas à remplacer la date de péremption en apportant une autre à l’aide d’un simple dateur. Ces commerçants tricheurs se soucient très peu des retombées sur la santé des consommateurs. Ceux qui les achètent ne se doutent pas qu’ils vont dépenser beaucoup plus en médicaments. La consommation des produits périmés ou frelatés reste aujourd’hui un phénomène qui mine la société. Elle entraîne l’intoxication alimentaire et de véritables bactéries se développent après la consommation de ces produits périmés et peuvent engendrer des complications à long et court terme. A court terme, cela peut provoquer des diarrhées et des vomissements selon le Dr en retraite, Kouider Serrour. Ces produits contiennent des éléments chimiques qui, à long terme, peuvent entraîner la stérilité et le cancer. Ce sont des produits très dangereux qu’on déverse sur le marché. Malheureusement les citoyens leur courent derrière, pensant qu’ils sont beaucoup plus accessibles, parce que moins chers. Attirés par la baisse des prix, certains consommateurs achètent des produits avariés et impropres à la consommation, ni les forces de sécurités, ni les brigades de contrôle contre les fraudes commerciales n’ont réussi à éradiquer ce phénomène à cause de la complicité du consommateur qui encourage ces spéculateurs. Le citoyen, qui est le premier responsable de sa santé, est appelé à jouer un rôle de premier ordre dans la lutte contre la prolifération de ces produits en signalant toute anomalie constatée lors de ses achats. Cette pratique est cependant très lucrative. Dans ce domaine, pas un secteur n’est épargné -textiles, électronique, pièces pour automobiles, cosmétiques et même les jouets pour enfants. La réalité est atterrante ; la contrefaçon crée une économie souterraine qui, en privant l’Etat de recettes fiscales utiles aux services publics vitaux, impose de plus lourdes charges aux contribuables.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Commerce informel. Terrains agricoles squattés et exploités illicitement

La réglementation en matière d’urbanisme ...

Prolifération de chiens errants. Incivisme, laisser aller et inquiétude

Ecumant les cités à la ...

Rideaux baissés. Le calvaire des Oranais pendant l’Aïd El Fitr

En dépit des assurances de ...

Association coeur ouvert «Lala». La solidarité au rendez-vous

L’élan de solidarité demeure une ...

A la veille de l’Aid El Fitr. Le marché Algerien innondé de produits contrefaits

Quece soit en soins, parfums ...