Accueil » ORAN » Plantes médicinales. Attention aux risques et aux arnaqueurs !

Plantes médicinales. Attention aux risques et aux arnaqueurs !

L’utilisation de plantes médicinales est souvent fondée sur l’idée que les plantes soient un moyen naturel de traitement dénué de tout risque.
Se soigner par les plantes, quoi de plus naturel? Mais n’allez pas croire que  »naturel » rime forcément avec absence de danger pour la santé. La phytothérapie a beau faire partie des médecines douces, de nombreuses plantes présentent des contre-indications médicales  »potion et poison  » ont la même racine latine. L’analphabétisme, les revenus maigres de certaines familles, les effets indésirables liés aux médicaments et, en général, les facteurs socioculturels, ont augmenté la demande en matière de traitement par les plantes. Lors d’une tournée effectuée à travers certaines artères de la ville, on a constaté que de nombreuses personnes sans qualification ont investi ce domaine très rentable, en prescrivant des recettes à base de plantes sans aucun savoir.
En cette période hivernale, bon nombre de personnes traitent une grippe, un rhume, une toux ou un ballonnement en ayant recours à un herboriste.
Ces dernières années, de plus en plus de citoyens oranais fréquentent les magasins de vente des herbes naturelles et médicinales, dans l’espoir d’une guérison par la grâce de la nature surtout si la médecine moderne se montre, pour diverses raisons, impuissantes à guérir le mal dont ils souffrent.
Le comble, c’est que certains malades préfèrent s’adresser directement à ces commerces au premier malaise, sans en référer à un spécialiste ni même effectuer des analyses. Si les plantes médicinales possèdent de nombreuses vertus, leur utilisation n’est cependant pas sans risque. Elles peuvent entrainer des effets secondaires indésirables, désagréables tels que des troubles digestifs, des intoxications, des allergies, des insuffisances hépatiques. Tous ces effets secondaires indésirables sont dus principalement à la dose dépassée, l’interaction ou à la toxicité de la plante elle-même.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Environnement. A quand la fin des sachets en plastique?

Toutes les engagements et promesses ...

Environnement. La prolifération des insectes inquiète les Oranais

L’environnement et la santé dans ...

Quartier de Boulanger. «Plusieurs cas d’intoxication»

Plus d’une dizaine de personnes ...

Habitat. Des immeubles menaçant ruine squattés

Certains bénéficiaires de logement sociaux ...

Circulation routière. Un calvaire quotidien

En dépit des mégaprojets réalisés ...