Accueil » ACTUALITE » Nouvelles mesures pour les Algériens dans les aéroports en France. Ouverture des frontières: avis d’expert

Nouvelles mesures pour les Algériens dans les aéroports en France. Ouverture des frontières: avis d’expert

Synthèse Mohamed Amine

L’ouverture des frontières continue de diviser les experts et les spécialités. Si plusieurs ont souhaité que les frontières restent fermées, le professeur Noureddine Zidouni, expert international en maladies respiratoires et membre de la cellule opérationnelle d’investigation et suivi des enquêtes épidémiologiques en Algérie, estime que l’Algérie doit procéder à l’ouverture des frontières, en acceptant le risque et apprendre à le gérer. Un avis qui a été très discuté sur les réseaux sociaux. Au moment où la maladie a repris en Europe, l’expert admet que c’est un risque patent, en s’interrogeant par la suite: «Mais combien de temps allons-nous continuer à vivre en autarcie, coupés du monde?». Le professeur Zidouni préconise toute une série de gestes et d’actions en cas d’ouverture des frontières comme: «Par exemple, quand le passager achète son billet, il faut qu’il soit le plus proche possible de la date de départ. Il faut qu’il présente un test PCR négatif ou tout autre examen qui confirme son état indemne vis-à-vis du virus». Il préconise des salles d’attente aménagées par les compagnies aériennes et de pré-embarquement et ainsi veiller à ce qu’il n’y ait pas de promiscuité dans les avions, en divisant par deux les capacités des appareils.

L’Algérie dans la liste rouge de l’UE

Lors de la réunion des ambassadeurs des 27 pays de l’UE, les membres ont décidé de garder l’Algérie dans la liste rouge des pays à risque et également additionner la Tunisie, le Canada et la Géorgie, d’après le site Voyagerdz. Depuis le mois d’octobre, l’Algérie présentait une nette amélioration et une baisse significative dans le nombre de cas touchés par la Covid. Néanmoins, l’UE a quand même gardé l’Algérie dans cette «liste rouge» des pays à risque. Cette décision ne va tout de même pas impacter le pays pour le moment, vu que les frontières algériennes sont jusque-là maintenues fermées pour une durée indéterminée.

Des vols d’Alitalia et Turkish Airlines programmés

Bien que le ciel reste fermé, le transporteur aérien italien, Alitalia, intègre l’Algérie dans son programme de reprise des vols. Alitalia a décidé de mettre à jour son programme pour le mois de novembre, tout en incluant notre pays qui n’autorise, jusqu’à présent, que les vols de rapatriement. Ainsi, Alitalia compte desservir la capitale nationale, Alger, dès la première semaine du mois de décembre, soit le 02 décembre 2020, sous un rythme de trois (03) fois par semaine. C’est en tout cas ce qu’a indiqué «Routes Online». Par ailleurs, la compagnie aérienne turque, Turkish Airlines, programme un vol dit spécial au départ de l’Algérie vers la Turquie en date du 30 octobre prochain. Le retard concernant l’ouverture des frontières inquiète tout autant les Algériens bloqués à l’étranger, mais aussi ceux coincés à l’intérieur du pays. Face à cette situation, plusieurs vols de rapatriement ont eu lieu. Néanmoins, cela n’a pas été suffisant. C’est pourquoi la communauté concernée espère le lancement d’une cinquième (05e) phase de vols spéciaux. Pour sa part, Turkish Airlines a planifié un vol depuis l’Algérie en destination d’Istanbul.

Nouvelles mesures pour les Algériens dans les aéroports en France

Les voyageurs algériens, à l’instar des passagers des autres pays à risque, seront désormais soumis à une nouvelle mesure sanitaire au niveau des aéroports de Paris. C’est ce qu’a annoncé le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, cité par la presse française. Il s’agit de nouveaux tests antigéniques que les aéroports de Paris-Orly et de Paris-Charles de Gaulle vont appliquer, dès la semaine prochaine, sur les passagers provenant des pays dits «rouges». «On va les lancer dans les aéroports, notamment au départ vers des destinations comme les Etats-Unis ou l‘Italie, et à l’arrivée des pays rouges, de manière à ce qu’on n’ait plus de personnes qui rentrent de pays rouges dans le territoire français, sans être testées», a expliqué le ministre délégué aux Transports. Ce test consiste en un prélèvement dans les narines à l’aide d’un écouvillon, comme les tests dits RT-PCR. Ses résultats sont connus en 10 à 30 minutes, note-t-on.

À propos Mohamed Amine

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Rentrée scolaire sous le spectre du Corona. Les écoles sont-elles prêtes?

Plus de 06 millions de ...

Air Algérie se posera, jeudi, à Paris. Ouverture des frontières: les précisions du ministre

Il reliera, jeudi, l’aéroport de ...

Elle a besoin de 18.000 ouvriers agricoles. L’Italie recrute des fellahs algériens

L’Italie se retourne vers l’immigration. ...

5.000 concitoyens bloqués en France. Bientôt le rapatriement des Algériens!

La question du rapatriement des ...

Rentrée scolaire. Le protocole sanitaire dévoilé

La rentrée les classes pour ...

%d blogueurs aiment cette page :