Accueil » MONDE » Polynésie. Appel à manifester contre les « 193 crimes » nucléaires de la France

Polynésie. Appel à manifester contre les « 193 crimes » nucléaires de la France

Le leader indépendantiste polynésien Oscar Temaru a appelé vendredi à manifester en juillet prochain contre « les 193 crimes commis par l’Etat français », en référence aux 193 essais nucléaires réalisés sur l’île entre 1966 et 1996, après la publication d’une enquête soulignant la radioactivité reçue par certains Polynésiens. Les essais nucléaires français refont surface en Polynésie. Le leader indépendantiste polynésien Oscar Temaru a appelé vendredi 12 mars à une manifestation contre « les 193 crimes commis par l’Etat français », en référence aux 193 essais nucléaires réalisés en Polynésie entre 1966 et 1996. Une enquête du média d’investigation en ligne Disclose, publiée mardi, juge la radioactivité reçue par certains Polynésiens « deux à dix fois supérieure » aux estimations du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) après les six essais nucléaires les plus contaminants. Disclose estime aussi que l’ensemble de la population polynésienne a pu être touchée, soit 110 000 personnes à l’époque des essais atmosphériques. « L’analyse de ces articles montre que, si des différences existent entre les mesures utilisées par leurs auteurs et par le CEA, ces différences n’induiraient pas de modification significative des doses auxquelles la population de Polynésie française a été exposée », a affirmé pour sa part le CEA. Oscar Temaru a invité les Polynésiens à un rassemblement pacifiste le 17 juillet, date anniversaire de l’essai nucléaire Centaure en 1974, le tir jugé le plus dangereux pour les Polynésiens. Il a souhaité, dans un communiqué, que la France reconnaisse « sa faute ». En 2018, il avait déposé une plainte pour crime contre l’humanité contre la France auprès de la Cour pénale internationale. L’enquête de Disclose a provoqué des réactions indignées d’autres élus polynésiens. « C’est la preuve éclatante d’un mensonge d’Etat », a déclaré le député Moetai Brotherson, proche d’Oscar Temaru. « Je ne pouvais pas imaginer qu’un président de la République pouvait nous mentir et nous tromper », a commenté Gaston Flosse, président de la Polynésie française à l’époque des essais nucléaires et ami de Jacques Chirac. Les sénateurs Lana Tetuanui et Teva Rohfritsch, autonomistes proches du président de la Polynésie française Edouard Fritch, ont déposé une question écrite à la ministre des Armées.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Afghanistan. Un attentat contre un centre éducatif fait au moins 19 morts

Le bilan est extrêmement lourd. ...

Tlemcen. Les acteurs du tourisme en conclave

Par S. T. Smain L’hôtel ...

L’ex-président mauritanien Aziz inculpé pour corruption

L’ancien président mauritanien, Mohamed ould ...

Depuis le naufrage jeudi au large des côtes syriennes.100 morts et 20 survivants

Un nouveau corps a été ...

Processus du développement économique local. La lourde tâche des walis

Synthèse de B. L. Dans ...