Accueil » RÉGIONS » Derniers jours de Ramadhan. L’Aïd dans tous les esprits, les dépenses aussi

Derniers jours de Ramadhan. L’Aïd dans tous les esprits, les dépenses aussi

A Saida, on entame les derniers jours du mois de carême dans la même atmosphère des premiers jours du mois de l’abstinence où la flambée des produits de première nécessité a affecté une bonne partie de la population. Parents et enfants vivent au rythme des préparatifs de la fête religieuse, fort agréable pour les uns et languissant pour les autres. Après le diktat des marchands de fruits et légumes, bouchers et autres… vient celui des commerçants d’effets vestimentaires. L’Aïd est synonyme aussi de dépenses fort coûteuses qui mettent les parents à rude épreuve notamment ceux qui sont contraints de répondre aux besoins des enfants qui sont de nos jours exigeants, hormis une minorité bourgeoise qui possède des biens et n’a pas besoin de faire des dettes pour faire plaisir à leurs enfants. Aujourd’hui, une forte majorité de citoyens, semble-t-il, a de plus en plus peur des fêtes avec la crainte ressentie avant chaque fête religieuse. A cette occasion, les vendeurs de vêtements et de chaussures s’installent un peu partout dans les quartiers et même aux alentours des cimetières de Sidi-Mâamar.
Une belle opportunité pour certains y compris des fonctionnaires qui se reconvertissent en commerçants pour arrondir leur fin de mois. Ces commerçants qui agissent au nom d’une certaine omerta locale, poussent d’ailleurs comme des champignons et n’hésitent pas à étaler leurs marchandises à même les trottoirs et dans tout espace susceptible d’attirer des enfants. Certains quartiers, situés en plein centre-ville, à l’image de la rue Benaicha, se transforment pour la circonstance en grand bazar à ciel ouvert. Il faut dire aussi que l’habillement n’est pas le seul souci des Saidis à l’approche de cette fête sacrée – il y a aussi les gâteaux qu’on doit préparer pour les invités – la visite aux proches avec en détail très négligé des poches en… souffrance. Allez AID MABROUK INCHALLAH!

À propos O.ogban

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Saïda. Le directeur de l’hôpital «Ahmed Medeghri» suspendu

Le directeur de l’hôpital « Ahmed ...

Saïda. Un autre suicide à Batimet Kabouss

Encore une fois, la ville ...

Saïda. Le wali à Moulay Larbi et Sidi Ahmed

Première dans les annales de ...

Menacé par les prédateurs. Touche pas à mon «vieux Saïda»

La forêt récréative « Le Vieux ...

Saïda. Magie noire pour mieux conjurer le mauvais sort

A la demande de plusieurs ...