Accueil » ÉCONOMIE » 4ème Conférence africaine sur la gestion des Finances publiques. Blanchiment d’argent et lutte anti-corruption en ligne de mire

4ème Conférence africaine sur la gestion des Finances publiques. Blanchiment d’argent et lutte anti-corruption en ligne de mire

La lutte contre les flux financiers illicites et le blanchiment d’argent y compris la corruption a été le thème phare sur lequel ont été axées toutes les interventions des différents experts comptables de l’Afrique à l’hôtel Aurassi à Alger en présence du premier argentier du pays. L’ONEC Algérie qu’est l’ordre National des experts comptables a organisé, hier, cette 4ème conférence Africaine pour trouver des mécanismes de lutte contre le blanchiment d’argent qui menace la stabilité de l’Afrique par la conjugaison des efforts de toutes les institutions africaines que sont la PAFA, la FIDEF, l’IFAC et enfin l’IPSAB selon les propos de Abdelkrim Bouhouche premier responsable de l’Ordre, rencontré en marge de cette conférence où il est urgent en ce contexte mondial d’assurer la cohésion et la collaboration de tous les experts comptables pour la lutte contre la corruption, le blanchiment d’argent et l’amplification de la voix de l’Afrique dans la normalisation internationale et enfin le renforcement de la gestion des Finances publiques en Afrique. La gestion des Finances publiques a pu réunir lors de l’ouverture de cette 4ème conférence africaine des différents représentants des Cours des comptes, des comptables, des partenaires des banques africaines, des vices présidents de PAFA et IFAC et FIDEF pour fournir plus de richesse et réduire la pauvreté en Afrique dit-il. « La profession d’expert-comptable professionnel exerçant dans des entreprises reste garante de la sécurité des entreprises pour un partage des passerelles pour apporter un savoir-faire et un échange d’expériences même si nous n’avons pas les mêmes traditions, puisque nous exerçons pour les mêmes exercices », a renchéri Mamour Fall délégué général de la fédération internationale des experts comptables et commissaires aux comptes francophones FIDEF. Dans son allocution après l’ouverture des travaux de cette conférence qui se tient pour deux jours à l’hôtel Aurassi à Alger en présence du ministre des Finances Abdelaziz Fayed, le vice-président de la fédération panafricaine des comptables PAFA a indiqué devant les présents que l’engagement de cette fédération est de favoriser la collaboration entre tous les collaborateurs africains afin de renforcer cette collaboration pour le soutien des sociétés gouvernementales et pour mettre en place une stratégie efficiente et efficace. Selon lui, cette conférence est axée sur 05 thèmes clefs pour l’organisation de la profession et la préservation des finances publiques à caractère publié qui jouent un rôle important pour un meilleur engagement et un meilleur renforcement de la gestion publique et enfin une meilleure prestation de services. Les efforts de collaboration se sont accordés à dire les présents pour partager les expériences et créer des cadres appropriés pour l’amplification et enfin le rapport au Développement durable dans le secteur public pour contribuer aux objectifs plus larges et enfin le renforcement de la comptabilité de l’exercice pour explorer des stratégies et pour fournir une vision plus large pour façonner l’avenir du continent Africain pour un partage d’expérience pour un développement effet cave et durable. Mme Darlene Nzorubara, directrice de la fédération internationale des comptables IFAC qui représente 30 millions de comptables répartis dans le monde, a focalisé dans son intervention sur la lutte contre la corruption et le renforcement de la transparence et la bonne gouvernance pour la préservation des finances et dépenses publiques. «Tout ceci requiert de la transparence dit-elle pour assurer le suivi des ressources. Les contraintes budgétaires sont autant de remparts qui paralysent l’évolution des Finances publiques, dit-elle, et les comptables ne s’engagent pas à défendre les intérêts publics pour le soutien de la finance publique en Afrique. La lutte contre la corruption est un obstacle pour l’évolution et le développement puisque 03 milliards de dollars de perte ont été engendrés contre ses crimes », rétorque l’intervenante se basant selon les statistiques du FMI. Pour elle, L’IFAC est interpellée pour engager une stratégie efficace envers les experts comptables appelés à plus d’implication que ce soit dans le secteur public ou privé grâce aussi à l’éducation, la santé entre autres. Les travaux se poursuivent aujourd’hui par l’organisation de tables rondes et de B2B avant la confection des recommandations.

À propos NADIRA FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Selon le journal officiel. Reprise des levées d’immunité pour plusieurs élus

Les parlementaires qui nous ont ...

Tourisme et Sport. 6ème foulée des gazelles algériennes

En prévision de la journée ...

Le SITEV du 30 au 02 juin à la Safex. Une opportunité aux professionnels du tourisme

Le Salon international du tourisme ...

Marché pétrolier mondial. Quelles perspectives à court terme?

Le ministre de l’Energie et ...

Banque Mondiale. 18,5 milliards de dollars de perte à Ghaza

Le bilan de cette agression ...