Accueil » ACTUALITE » 36ème Congrès des parlementaires arabes UIPA au CIC à Alger. Sévère réquisitoire contre le génocide sioniste

36ème Congrès des parlementaires arabes UIPA au CIC à Alger. Sévère réquisitoire contre le génocide sioniste

Les travaux du 36ème Congrès des parlementaires arabes ont été ouverts officiellement, hier, au CIC à Alger, en l’absence du président de la Ligue Arabe, Abou El Gaith. Le président de la Chambre basse, Ibrahim Boughali, en sa qualité de président en exercice de l’Union des Conseils des Etats membres de l’Organisation de la Coopération Islamique, a, dans son intervention devant les membres des parlementaires arabes et de la Ligue Arabe réunis pendant 03 jours consécutifs à Alger, plaidé en faveur d’une mobilisation efficace arabe pour barrer la route aux détracteurs et faire entendre la voix de la Palestine qui subit le génocide israélien contre son peuple. Le bilan de cette macabre guerre est lourd. Le président du Parlement mauritanien a voué tous les mérites pour le pays organisateur de cette manifestation arabe pour avoir abrité cet événement dans ce qu’il a qualifié « la belle Algérie ». Selon ses propos, des défis nous interpellent à plus de prudence par la conjugaison des efforts entre tous les parlementaires arabes autour la problématique cruciale qu’est la cause palestinienne. Soltan El Berkani, président du Parlement yéménite, a abondé dans le même sens que son homologue mauritanien, par faire une rétrospective des différentes étapes qu’a traversées l’Algérie depuis sa sainte révolution du 1er Novembre. Il mettra en relief tous les sacrifices consentis par notre pays en exhortant les pays arabes à calquer sur la cause algérienne par un hommage rendu à la résistance palestinienne. Notre interlocuteur, rencontré en marges de ces travaux au CIC à Alger, Me Fayçal Djemoul, membre du Conseil du peuple syrien, membre du syndicat des avocats syrien, pour lui, la participation de son pays à cet événement avec beaucoup de respect pour le combat et la lutte dans sa révolution avec le colonialisme. Ce Congrès se tient dans un contexte particulier de par les bonnes relations bilatérales entre l’Algérie et la Syrie autour des questions dont fait face le monde arabe. La problématique et l’avenir de la Palestine, selon notre interlocuteur, demeurent au cœur des efforts de tous les pays arabes pour stopper les exactions génocidaires et non respect des conventions internationales d’Israël contre ce peuple, aidé par les USA. Notre interlocuteur syrien a dénoncé ce génocide commis contre le peuple palestinien par la violation de tous les droits internationaux contre les civils innocents. Me Fayçal Djemoul a conclu que les vérités ont éclaté et tous les masques des tortionnaires sont tombés pour que l’opinion internationale puisse reconnaître la Palestine comme membre du Conseil de sécurité à part entière. Les travaux de ce Congrès se poursuivent par l’intervention des hôtes et des présidents des Parlements arabes en l’absence du Koweït et du Soudan et des îles Comores. Pour la journée d’hier, les participants aux travaux de la 34e session du Comité exécutif de l’Union interparlementaire arabe (UIPA), ont affirmé que la présidence algérienne de la 36e Conférence de l’UIPA revêtait de grandes significations, notamment à la lumière des efforts consentis par l’Algérie en faveur de la cause palestinienne, soulignant que la question palestinienne, placée en tête de l’ordre du jour du Parlement arabe, a été abordée par les présents pour trouver en commun accord une sortie pour arrêter le génocide exercé contre la Palestine et son peuple après épuisement de toute tentatives algérienne et égyptienne pour instaurer la paix et le cessez-le-feu d’une manière permanente. Le SG de l’UIPA, Fayez Al Shawabkeh, a affirmé en marge des travaux de la 34e session du Comité exécutif de l’UIPA, qui se déroulent, hier, et aujourd’hui au CIC à Alger, que « les peuples arabes comptent beaucoup sur la réunion ayant eu lieu en Algérie, d’autant qu’elle intervient dans un des contextes les plus critiques traversés par le monde arabe dans l’histoire contemporaine ». Dans ce cadre, il a affiché son souhait que les résultats sanctionnant les travaux de la Conférence soient « à la hauteur des aspirations du monde arabe et au diapason des performances de l’Algérie dans les différents foras internationaux ». Selon ses propos, la mise en place de mécanismes de poursuite en justice de l’entité sioniste nécessitait une coopération et une complémentarité internationale ainsi que l’unification de tous les efforts pour faire pression sur la Communauté internationale en vue de réaliser cet objectif. Cependant, puisque la question palestinienne demeure au centre des débats, le vice-président du Conseil national palestinien (CNP), Moussa Hadid, a rétorqué devant les présents que la tenue de la Conférence en Algérie, pays qui a mené une lutte féroce pour défendre le peuple palestinien, revêtait « une symbolique particulière », d’autant que la guerre « ne se limite pas à la lutte armée, mais s’étend aux forcings diplomatiques ».

À propos NADIRA FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Madar Holding honore l’acteur Algérien Sid Ahmed Agoumi

Le premier trophée « Afaneen El ...

Elections présidentielles anticipées de septembre 2024. Le compte à rebours…

A quelques mois de la ...

Naissance de l’Union algérienne économique et investissement. 2027, année charnière

A quelques encablures de la ...

Une délégation d’hommes d’affaires turcs en Algérie. Les Turcs raflent la mise?

Une délégation d’hommes d’affaires turcs, ...

Clôture du Salon international de la Santé et du Tourisme Médical. Une aubaine pour les professionnels et les citoyens

Ce Salon, destiné exclusivement à ...