Accueil » ORAN » 36 bus immobilisés selon une situation de l’entreprise. Un déficit important en transport public d’Oran

36 bus immobilisés selon une situation de l’entreprise. Un déficit important en transport public d’Oran

La situation du parc du transport public à Oran a été passée au crible. Selon les derniers chiffres livrés par les responsables de l’entreprise étatique de transport public du fait de la situation de 2020, il ressort que pas moins de 36 bus sont immobilisés, ce qui n’a pas été sans mettre en inextricables difficultés et l’entreprise et son plan de fonctionnement et de gestion des équipements, laquelle ne cesse d’appeler à la sauver à l’avenir parce qu’elle est en proie à un déficit budgétaire faute de cagnotte financière. On relève dans ce registre que la situation enregistre un déficit de 65% en matière de transport public et que si celle-ci venait à perdurer dans le temps et faute de subvention, les indicateurs risquent de s’aggraver malgré la bonne volonté des responsables. Mais ne dit-on pas que l’argent est le nerf de tout? L’état de saturation du transport public par le manque de bus du secteur public malgré la création de nouvelles dessertes ou lignes, a heureusement été vite rattrapé par le secteur privé qui a injecté dans le circuit un nombre relativement important de bus, combien même la qualité de ce type de transport en pâtit encore en raison du non-respect des normes en matière de professionnalisation et de formation du personnel transporteur qualifié. En ces temps de pandémie, faut-il le rappeler, le transport privé à Oran enregistre toujours des lacunes tant en matière de respect des gestes barrières qu’en ce qui concerne l’hygiène et la qualité des bus dont la majorité écrasante son soit vétustes soit ne répondant pas aux exigences. Lors de son exécutif de mercredi 10 novembre, le wali d’Oran, Said Sayoud, avait demandé de revoir la situation de l’entreprise de transport d’Oran avant de parler de subvention, de même qu’il avait également demandé à la Direction de transport de tirer au clair la situation de l’ascenseur public du port d’Oran livré en 2018 et en panne depuis quelques mois. Dans tout cela, la question est de savoir comment sauver le secteur du transport étatique en ces temps durs de rationalité de la dépense et s’il faut espérer une renaissance de transport, véritable fleuron de l’économie locale.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Modalités d’octroi de l’allocation chômage. Le démenti de la Présidence

La Présidence algérienne dément les ...

Les États-Unis envoient des renforts au Moyen-Orient face aux menaces de l’Iran. Crainte d’une grave escalade

L’Iran menace de «punir» Israël ...

Aid Al fitr. L’activité boulangère réduite n’a pas été du goût des citoyens

L’activité commerciale particulièrement boulangère n’était ...

Prise en charge de la communauté nationale à l’étranger. Le MAE prend des mesures d’urgence

La communauté nationale, établie à ...

Plans émiratis pour déstabiliser le Sahel et l’Algérie. Ces pays à la botte d’Israël…

A la guerre comme à ...