Accueil » RÉGIONS » 177ème anniversaire des enfumages des Ouled Sbih à Chlef. Le ministre des Moudjahidines présent à la commémoration

177ème anniversaire des enfumages des Ouled Sbih à Chlef. Le ministre des Moudjahidines présent à la commémoration

Le ministre des Moudjahidine et des ayants droit, Laïd Rebiga, était, hier, en visite dans la wilaya de Chlef où en compagnie du wali, de la famille révolutionnaire et de plusieurs personnalités civiles et militaires, s’est rendu au niveau de la commune de Sobha pour commémorer avec les citoyens de la tribu des « Ouled Sbih», le triste 177ème anniversaire des enfumages de 1845 au cours desquelles ont été brulés vifs et asphyxiés 1.500 chahids en majorité des hommes, des femmes, des bébés, des enfants, des vieillards et même des animaux domestiques dont les citoyens de la tribu en tiraient leurs ressources financières pour subsister. A Ouled Sbih, dans la commune de Sobha où la délégation ministérielle s’est rendue, un long récit sur les enfumages de la tribu des «Ouled Sbih» a été donné par un historien, en présence du ministre, qui fut suivi d’un témoignage des citoyens, un témoignage intact ancré de père en fils dans la mémoire des « Ouled Sbih » jusqu’à ce jour, même les enfants savent ce qui s’est passé un certain 15 août 1845 au niveau de leur tribu et d’autres tribus à travers notre pays qui ont connu le même sort car de 1844 à 1845, les sanguinaires généraux Saint Arnaud, Pélissier et Cavaignac ne savaient que faire périr les tribus par des méthodes atrocement barbares. Les «Ouled Sbih» voyant leur tribu envahie par des étrangers armés, se sont réfugiés dans des grottes; le colonel sanguinaire Saint Arnaud, tristement célèbre, qui fut promu par la suite général, a opéré durant 05 jours, du 08 au 12 août 1845, à enfumer toutes les grottes au sein desquelles se sont cachés les citoyens de la tribu des «Ouled Sbih»; des fardeaux de bois et broussailles ardentes ont été mis à l’entrée des grottes pour bruler vifs et asphyxier les hommes, les bébés, les enfants, les femmes, les vieillards et même les animaux domestiques qui étaient dans les grottes bien que ce sanguinaire colonel français savait que les gens qui étaient dans les grottes sans défense; ceux qui ont réussi à traverser le brasier de flammes, furent achevés par des balles au sein du brasier; cette période de 05 jours qui s’est étalée du 08 au 12 août 1845, reste jusqu’à aujourd’hui une sinistre et mémorable date de l’histoire d’Algérie, une Algérie qui a souffert des affres des enfumages entre 1844 et 1845 ,des enfumages dont leur écho a retenti au-delà de l’Algérie, aucun pays n’ayant pu rester indifférent au massacre. Tous ont condamné cet acte barbare.

À propos A.Boukhtache

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Dachrat Deboussa (Chlef). Les citoyens revendiquent leur part du développement

Lors de la visite du ...

APW de Chlef. Le directeur des ressources hydriques interpellé

Les citoyens des communes Breïra ...

Bilan du mois de juin de la police. 3133 appels téléphoniques des citoyens vers les numéros verts

Selon l’officier de police chargé ...

Béni-Rached. Projet de plantation d’arganiers et des caroubiers

Selon le directeur de la ...

Education à Chlef. 270 milliards de dinars pour la réhabilitation des écoles primaires

Le secteur de l’éducation compte ...