Accueil » RÉGIONS » 10 jours après son lancement. Une campagne électorale fébrile

10 jours après son lancement. Une campagne électorale fébrile

Plus de dix jours après le début de la campagne – les espaces d’affichage accusent inexorablement un vide qui en dit long sur la santé de ces joutes électorales. A prime abord, tout indique que les citoyens de Saida tournent le dos aux législatives que l’Administration, par le biais de l’ANIE, s’entête à organiser mais il est utile d’indiquer aussi que l’aspect caractérisant le début de la campagne, risque de tromper l’observateur le plus averti.
Une personnalité très au fait des questions politiques, nous dira sans ironie « qu’une campagne de proximité comme le font la majorité des candidats en faisant le porte à porte, peut convaincre les électeurs à se rendre aux urnes du 12 juin prochain ». Ainsi si la ville de Saida demeure à ce jour muette, cela n’a pas empêché quelques partis politiques et les listes indépendantes à ancrage tribal d’investir la campagne, excepté pour les formations politiques, proches de la mouvance islamiste où la carte tribale ne semble pas être privilégiée, en optant pour des candidats plus proches de l’ex-Fis encore présent dans la wilaya de Saida. Pour le moment, on active discrètement, on pèse, on soupèse et on se plie en quatre pour la bénédiction de l’administration alors que ceux qui méritent d’être candidats, se muent dans un silence assourdissant et une hésitation interminable.
Ces jours-ci, les électeurs en droit de vote sont ensorcelés, chéris et dorlotés et ce, jusqu’à ce que le vote du 12 juin prochain soit achevé. Durant cette campagne électorale, les cafés de la place publique sont pleins par rapport aux salles qui abritent les meetings et en parcourant les artères principales ainsi que les rues des différents quartiers de la ville de Saida, les propos de la majorité des citoyens se focalisent sur la distribution des 2.000 logements sociaux prévue le 5 Juillet prochain. L’Administration de wilaya et L’ANIE partagent, elles aussi, la crainte de l’abstention. En tous les cas, l’émerveillement et la crainte dissimulée risque de passer pour un Homo Algerianus « Arrierus » à l’esprit suranné qui se lit clairement sur le visage des citoyens à l’exception des citoyens ruraux qu’on ramène par bus loués par les organisateurs-animateurs des formations politiques et ceux des listes indépendantes. Drôles de batailles que ces Législatives qui vont se jouer à profils renversés et comme toujours c’est dans les lieux où la vie est plus intense que les affrontements sont les plus simples. Les combats tournent au jeu des portraits, on ne vote plus pour les idées ou un programme mais pour l’homme ainsi le veut la logique électorale de chez nous. Aujourd’hui, les 285 candidats figurant sur les 49 listes, surtout les candidats-revenants savent que ces élections législatives seront serrées et il est impossible d’avancer un pronostic. Alors quel sera l’état des forces de chaque candidat? Quelles alliances conclure après le Vote? Mais on sait bien que le Grand Match n’a pas encore commencé. Le reste n’est que rigolade. Où est le Rêve? Où est la joie?

À propos O.ogban

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

En visite de travail dans la daïra de Ouled Brahim. Le wali de Saïda sera-t-il écouté?

En visite de travail et ...

MC Saïda. Le club en chute libre, colère des supporters

Rejeté par ses propres enfants, ...

L’APC de Saïda aux abonnés absents. Où en est-on avec le gel des activités des élus?

Après plusieurs semaines d’hibernation (gel ...

Vol sous la menace d’armes blanches à Saïda. 03 malfaiteurs dont un mineur arrêtés

Trois individus, âgés entre 17 ...

Le wali de Saïda et la réalité du terrain. Ces visites inopinées sont-elles salvatrices?

Est-ce une nouvelle manière de ...