Accueil » ORAN » Zone d’ombre (Hassi Ben Okba). La population privée de transport appelle les autorités

Zone d’ombre (Hassi Ben Okba). La population privée de transport appelle les autorités

Dans de nombreuses communes rurales et petites villes, le manque de transport en commun constitue un défi majeur, entravant la mobilité des résidents et limitant leur accès aux opportunités. Les infrastructures de transport sont souvent concentrées dans les zones urbaines développées, laissant les zones rurales avec des options limitées. Cette problématique contraint les habitants à dépendre largement du taxi  »clandestin ». Cette situation a des répercussions significatives sur l’inclusion sociale et économique des communes rurales. Les personnes sans voitures ou incapables de conduire, se retrouvent isolées et ont du mal à accéder aux services essentiels tels que la santé, l’éducation et l’emploi. A titre d’exemple, la commune de Hassi Benokba, daïra de Bir El Djir, les habitants souffrent d’un déficit flagrant en matière de transport public. Selon les témoignages recueillis, une seule ligne est en activité dans cette commune qui a connu une grande expansion urbanistique et démographique. Cette ligne qui ne compte que quelques bus, relie Hassi Benokba à Haï Sabah. Les habitants de cette localité nous ont fait part de leur mécontentement de cette situation qui, selon eux, est intolérable. Pour eux, le problème du transport constitue l’une des préoccupations majeures. Le déplacement vers le chef-lieu d’Oran est un calvaire quotidien en l’absence de moyens de transport individuels ou collectifs. Face à ce constat, les disparités spatiales de l’offre en transports en commun sont particulièrement discriminantes socialement. Les services susceptibles de répondre à la demande des habitants sont très inégalement répartis et restent essentiellement le privilège des communes planifiées au détriment des communes des zones d’ombre. Qu’il s’agisse de besoin d’accès au travail ou à l’école ou ceux plus diversifiés, liés à la vie sociale ou aux achats, l’accès aux transports collectifs est soit inexistant, soit insuffisant pour les habitants des communes pauvres. Ces profondes disparités de l’accessibilité au réseau de transport nuisent considérablement à la qualité de la vie de ces citoyens.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Journée nationale du chahid. Les sœurs Benslimane ressuscitées

Proclamée officiellement le 18 février ...

Hassi Bounif. Triste constat

Hassi Bounif s’est malheureusement métamorphosé ...

Gardiens de voiture. «Il est grand temps de mettre fin à l’anarchie»

Il semble que le phénomène ...

Dégradation, acte de vandalisme et insalubrité. Problématique de la gestion des cimetières

Triste sort pour nos morts ...

Environnement. «Insalubrité: lourdes conséquences sur l’activité et la vie humaine»

Le médecin généraliste, M.Serrour, évoque ...