Accueil » ACTUALITE » Voyage par train d’Oran à Alger. Un cauchemar nommé «Diesel»

Voyage par train d’Oran à Alger. Un cauchemar nommé «Diesel»

Les voyageurs d’Oran à destination d’Alger via la voie ferrée ont vécu une journée cauchemardesque, samedi dernier, devant le laxisme des différentes gares pour assurer la quiétude aux voyageurs en ces journées caniculaires. Un vrai calvaire. Les usagers étaient censés utiliser le type de train Corradia, un train spécial et rapide reliant Oran à Alger sauf qu’à la dernière minute, ils étaient surpris du remplacement de ce type de train par un autre nommé «Diesel». A la gare de Chlef, on nous explique que ce genre de train ne diffère en rien du Corradia avec le même confort, même vitesse, même laps de temps. En sus, il est rapide puisqu’il n’opère que 03 arrêts à savoir Chlef, Ain Defla ensuite Blida puis assure son terminus à Agha. Arrivé à Chlef avec un grand retard, c’est la désolation totale !
Les usagers étaient pris de panique devant le nombre de voyageurs à bord venus d’Oran. En dépit des consignes des préposés au guichet de la gare de Chlef, ce train était déjà bondé depuis son départ de la capitale de l’ouest. Le nombre de places, que ce soit en 1ère classe ou en seconde, était impossible puisque le train affichait complet dès le départ. Des vas et viens incessants des usagers, des gens âgés, des femmes, des enfants, des jeunes, soit toutes les franges de la population étaient dans l’impossibilité de se frayer un chemin devant ce chaos et l’atmosphère s’est transformée en vrai désordre. Il faisait déjà très chaud. On suffoquait avec une climatisation en panne et des vitres fermées. On était enfermé dans un trou, abandonnés à notre triste sort sans aucune prestation de service et entassés les uns sur les autres dans l’exiguïté totale des lieux. Des enfants et des bébés pleuraient à chaudes larmes. Ils ne comprenaient plus rien à ce décor oh combien macabre. Devant cet état de fait, le train ne respectait plus son programme. Des arrêts non programmés étaient tolérés. Un agent vient ensuite ouvrir les fenêtres pour permettre à une once de fraîcheur de nous animer alors que des jeunes qui étaient entassés dans les couloirs du train ont eu l’idée au risque de leurs vies d’ouvrir les portes du train pour, disent-ils, respirer et ne pas mourir par asphyxie avec un pic de chaleur plafonnant les 46 degrés. Après 05 heures de trajet dans ce train «cauchemard» depuis Chlef, on a enfin respiré l’air de la capitale et retrouvé notre salut à la gare d’Agha.

À propos NADIRA FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Equip Auto Algeria 2024. 400 exposants des différentes marques attendus

L’évènement annuel Equip Auto Algeria ...

Création de l’UGTA et nationalisation des hydrocarbures. Un 68ème anniversaire de bon augure

Le rassemblement prévu, hier, devant ...

4ème Conférence africaine sur la gestion des Finances publiques. Blanchiment d’argent et lutte anti-corruption en ligne de mire

La lutte contre les flux ...

Lutte contre la drogue. Pour une approche stratégique appropriée

Les affaires et les procès ...

18ème édition du Salon International de la Pharmacie en Algérie (SIPHAL). Industrie pharmaceutique algérienne: Quelles perspectives?

Cette démarche s’inscrit dans le ...