Accueil » ORAN » Voie publique. Les Oranais se battent pour récupérer leur espace public

Voie publique. Les Oranais se battent pour récupérer leur espace public

«En tant que premier magistrat de la ville, le maire doit prendre toute mesure nécessaire pour assurer la sûreté et la commodité du passage dans les rues, places et voies publiques, ce qui comprend le nettoiement, l’éclairage, l’enlèvement des encombrements, ainsi que le soin de réprimer les dépôts, déversements, déjections, projections de toute matière ou objet de nature à nuire, en quelque manière que ce soit à la sûreté, à la commodité du passage ou à la propreté desdites voies. Cette autorité s’exerce indifféremment sur l’ensemble des voies ouvertes à la circulation du public, privées comme publiques. Il s’agit d’assurer au public un passage de l’ouvrage conforme à sa destination ». L’occupation illégale de l’espace public ne cesse de prendre de l’ampleur en Algérie et toutes les villes en souffrent. A Oran, c’est une anarchie qui se propage en toute impunité. Pourtant, l’occupation du domaine public exige une autorisation délivrée conformément à un arrêté communal qui autorise les particuliers à occuper provisoirement une superficie n’excédant pas le tiers de la totalité de la surface des trottoirs. Cependant, ces autorisations sont exceptionnelles et reposent toujours sur une décision administrative autorisant expressément l’occupation exclusive d’une portion du domaine public. Le cas d’Oran est frappant. De nombreux commerçants refusent toujours de rompre avec ces pratiques à la fois illégales et provocantes. Ils n’ont ni l’autorisation pour occuper le trottoir ni le droit de squatter les lieux de stationnement des voitures. Une façon de dire haut qu’ils sont  »couverts » pour oser s’adonner à ces pratiques, sans oublier aussi les marchands ambulants qui, malgré les efforts des autorités locales, continuent à semer l’anarchie, et à différents moment de la journée, dans plusieurs points de la ville. Les cafés, restaurants et autres commerces ont pris la fâcheuse habitude d’envahir l’espace public, occupant le trottoir réservé au passage des piétons. Pots de fleurs, chaises, tables et autres constructions anarchiques occupent les trottoirs et l’espace public sans aucune vergogne, au détriment des citoyens contraints à marcher sur la chaussée à leur risque et péril. Ces commerçants fructifient leur capital au détriment des citoyens. Ils étendent leurs commerces en grignotant sur l’espace public.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Journée commémorative. 232 ème anniversaire de la libération de la ville d’Oran de la colonisation espagnole

La libération d’Oran en 1792 ...

A quand un transport digne d’Oran

Le transport public n’est pas ...

Journée nationale du chahid. Les sœurs Benslimane ressuscitées

Proclamée officiellement le 18 février ...

Hassi Bounif. Triste constat

Hassi Bounif s’est malheureusement métamorphosé ...

Gardiens de voiture. «Il est grand temps de mettre fin à l’anarchie»

Il semble que le phénomène ...