Accueil » RÉGIONS » Ville de Mostaganem. Le manque de plaques de signalisation un casse-tête pour les automobilistes

Ville de Mostaganem. Le manque de plaques de signalisation un casse-tête pour les automobilistes

Depuis toujours nous savions qu’il y a au sein de l’APC de Mostaganem une  »Commission de transport et de circulation routière » instituée sur arrêté du wali. Ce que nous ne savons pas jusqu’à aujourd’hui ce sont ses missions, son programme d’action et moins ses bilans. Cette commission existe sur papier mais sur le terrain elle ne semble pas exister.Ce qui nous amène à faire ce constat c’est la situation déplorable dans lequel évolue le trafic automobile dans la ville de Mostaganem. En effet circuler en voiture dans les avenues et les rues de la cité souvent c’est au risque de causer un accident. Dans la commune de Mostaganem on ne s’occuppe plus, et depuis logtemps, de l’entretien des plaques de signalisation, ni de leur entretien. D’innombrables plaques de  »stop », de régulation de stationnement, de  »passage interdit »et autres ont disparus et jamais remplacées.Cet état de fait occasionne du désordre dans la circulation routière et engendre souvent des accidents. A la commune de Mostaganem on a effacé le service voirie de l’organigramme va-ton savoir pourquoi. On n’entretien plus les plaques de signalisation. A Tigditt, à Djebli, à El Arsa, à Beymoth, à Karrouba, au plateau dans ces quartiers il n’y plus de plaques pour d’autres  »pépinière » haut et bas les plaques datent de l’époque coloniale. Au centre ville la signalisation a définitivement disparu. Même les agents de l’ordre public n’arrivent pas à organiser le trafic automobile ni celui du stationnement. C’est un véritable casse tête. Les stations taxi en grand nombre sur l’espace du 17 octobre Face à une telle situation, les citoyens se font fabriquer des plaques de fortune pour les mettre devant leurs leurs locaux commerciaux. Quelques uns et même certaiones administration se sont permis de placer des plaques ( Stationnement interdit sauf….) sans arrêté communal. On place des blocs de pierre, des fûts et n’importe quel objet pour empêcher le stationnement même s’il est autorisé. C’est la débandade. Pourtant en 2014 l’APC a payé cher une étude du plan de circulation appLiquée à même pas à 20%…Ce plan est resté dans les tiroirs… Quel dommage. En général, la gestion de la voirie et celles des plaques de signalisation est une affaire de la commune sans pour autant vouloir trouver le prétexte du chantier du tramway. Mais la commune a un service technique qui sert à plus rien. C’est aberrant pour la nouvelle étape de l’Algérie.Le constat est amère et on rêve de faire de Mostaganem une destination touristique… c’est une plutôt utopie.L’APC passe à côté de ses missions même avec 14 délégués et six vices président.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Mostaganem. De nouveaux programmes pour valoriser le couvert forestier

La forêt a toujours été, ...

Mostaganem. L’UGCAA pour davantage de défis

A l’instar des autres wilayas ...

Mostaganem. Les chefs de daira appelés à plus de rigueur

La persévérance du chef de ...

Journée Mondiale de la Douane à Mostaganem. Une institution engagée avec fierté professionnelle

Au niveau de la Maison ...

Enseignement supérieur à Mostaganem. Les débats sur le projet de modernisation de l’université lancés

Ce lundi 23 janvier, c’est ...