Accueil » CHRONIQUE » VIH, un virus à éradiquer…

VIH, un virus à éradiquer…

Depuis le diagnostic du premier cas de VIH en Algérie en 1988 jusqu’au 30 juin 2022, le Dr Sid Mohand Hakim a rapporté que près de 17 249 personnes ont été infectées par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Selon le rapport national de la riposte, en 2021, le nombre estimé de PVVIH (adultes et enfants) est de l’ordre de 21 000 personnes (91% sont dépistées et connaissent leur statut sérologique, 82% sont sous traitement ARV) dont 9 300 femmes et près de 1400 enfants de moins de 15 ans parmi lesquelles 2000 nouvelles infections dont près 500 enfants. Par ailleurs, on note seulement un taux de 16 % des femmes ayant besoin d’une couverture ARV pour l’eTME et un taux de 24.94% de la transmission verticale finale selon le rapport de la riposte – ONUSIDA 2021. En décembre 2022, il a également souligné qu’au cours des six premiers mois de l’année en cours, 800 nouveaux cas ont été recensés. L’épidémiologiste a précisé que le territoire national compte 16 centres de référence dédiés à la prise en charge des personnes atteintes du sida, avec des centres localisés à Alger, Oran, Tizi Ouzou, Béjaïa, Béchar, Tamanrasset, Ouargla, Constantine, entre autres. La détection d’une personne positive au VIH, elle est immédiatement orientée vers l’un de ces centres pour une prise en charge optimale. La lutte contre la drogue et le VIH/SIDA est une mission qui requiert l’engagement de tous les secteurs de la société et la collaboration de toutes les parties prenantes. En effet, le ministre Abderrahmane Hammad met en avant l’importance de protéger la jeunesse sur les plans psychologique et sanitaire, démontrant ainsi la volonté du ministère de prendre en charge les jeunes de manière holistique, en veillant à leur bien-être mental et physique. La célébration de la Journée mondiale de lutte contre le sida, axée sur le thème « Confier le leadership aux communautés », met en lumière un aspect crucial de cette pandémie : la consommation de drogues. De nombreux toxicomanes sont touchés par le VIH/SIDA, soulignant ainsi la nécessité de combiner les efforts de lutte contre la drogue et de prévention de cette infection. Cette approche intégrée vise à aborder simultanément les problèmes de toxicomanie et de propagation du VIH/SIDA pour assurer une protection complète de la santé des individus et de la communauté dans son ensemble. Sur les 39 millions de personnes vivant avec le VIH à la fin de 2022, plus des deux tiers soit 25,6 millions vivent en Afrique, selon l’OMS. Chaque semaine, en 2022, 4.000 adolescentes et jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans ont été infectées par le VIH dans le monde : 3.100 de ces infections ont eu lieu en Afrique subsaharienne. La réalisation de l’objectif d’élimination du VIH/sida en Afrique d’ici 2030 dépendra d’un plus grand soutien aux interventions de prévention et de traitement menées par les communautés, a indiqué jeudi une responsable de l’OMS.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le gaz a bien chuté !

Le prix du gaz est ...

Pour un Ramadan sans hausse…

Le gouvernement prend plusieurs mesures ...

Le pétrole a bien «chauffé»

En 2024, le secteur pétrolier ...

Alger, la capitale mondiale du gaz

Selon un rapport de Shell ...

L’ONU ne veut plus de cet ordre mondial !

Lors de la conférence annuelle ...