Accueil » ÉCONOMIE » Vers une transition énergétique durable Chitour pour un Plan Marshall

Vers une transition énergétique durable Chitour pour un Plan Marshall

L’Algérie n’a plus le choix que de se passer des énergies fossiles. La transition énergétique, on en parle depuis des lustres en Algérie, sauf qu’hélas les responsables pour gérer cette transition font dans la démagogie pour la simple raison que la pléiade de ministères concernés peine à conjuguer leurs efforts pour la concrétisation sur le ras de cette transition. Quelles sont les conditions d’investissement dans la transition énergétique en Algérie, était le sujet phare qui a constitué cette rencontre pour la création de climat d’investissement en Algérie loin des entraves qui paralysent cette option. L’expert et directeur de l’Energie du PNUD- Global a d’emblée situé les enjeux de cet investissement lors de cette rencontre internationale organisée, conjointement avec le PNUD, par le ministère de la Transition ?nergétique et des ?nergies renouvelables. Il est à rappeler que le PNUD soutient 105 pays dans leurs actions pour les ?nergies propres. Selon Marcel Alers, il est urgent d’accéder aux énergies propres, transition énergétique, Résilience énergétique par l’intégration de modèles commerciaux du secteur privé pour l’approvisionnement à l’électricité des réfugiés pour la population déplacée. Selon cet intervenant, il s’agit d’assistance à la mise en place d’un Environnement législatif et de politiques publiques propices à des investissements à grande échelle dans les ?nergies propres. Pour ce qui est des opportunités de la transition d’investissement en Algérie, le responsable du PNUD a mis en exergue le contexte énergétique de l’Algérie, qui est faible concernant la part des énergies renouvelables dans le réseau électricité, 27 % de la part fiction nationales d’électricité à partir des énergies renouvelables. Il plaide pour la généralisation de l’éclairage performant. La réduction de la demande selon lui par une meilleure efficacité énergétique, villes, transports, et agricultures durables, créations de nouveaux emplois, et la réforme des subventions aux énergies fossiles, conclut le responsable du PNUD dans son intervention, hier, au CIC à Alger. Selon un expert algérien en énergie Atomique que nous avons rencontré en marges et qui a requis l’anonymat, celui-ci nous explique les différentes étapes de l’évolution de cette énergie. Néanmoins, il reconnaît que notre pays a perdu beaucoup de temps et a sombré dans la dépendance des hydrocarbures. La sonnette d’alarme a été tirée pour sensibiliser sur l’existence d’autres ressources pour sortir de la dépendance des hydrocarbures, nous dit- il. Notre interlocuteur fait une rétrospective de ces entraves par plaider en faveur du recours à d’autres énergies telles le solaire, l’éolien, le charbon, le bois et enfin la géothermie. Il s’agit pour lui de tracer un plan qui prend en charge l’objectif de cette politique en matière d’énergie par sortir de cette indépendance, grâce à une politique qui repose, essentiellement, sur la rationalisation et l’utilisation des ressources, modèle de consommation, et enfin par la mise en place d’une Stratégie et un plan d’action. Ce plan d’action, appelé « Plan Marshall », est revenu souvent dans la conférence de presse qu’a organisée le ministre de la Transition énergétique et des ?nergies renouvelables. Le ministre Chamss Eddin Chitour s’est projeté par l’exposition de sa feuille de route et les perspectives à court terme. Selon ses propos lors de cette rencontre avec la presse, il signifie qu’il est primordial de consommer moins et mieux. Il interpelle, en substances les autres ministres, présents dans cette rencontre, dont celui des affaires étrangères, de la Santé, de l’agriculture, du Sport, de l’économie de la connaissance et des Start Up entre autres. Pour la conjugaison de leurs efforts pour une Stratégie horizontale, dans la perspective de sortir de cette indépendance des hydrocarbures et d’utiliser rationnellement, ces ?nergies dont l’éolien, le bois, les barrages verts, le transport etc. Il conclut ce jeux de questions-réponses par réitérer la position de son département même s’il refuse de parler du passé, de respecter ses engagements avec les autres partenaires dont le PNUD pour un modèle énergétique. Signalons, que lors de cette rencontre sera clôturée aujourd’hui par la présentation du livre blanc sur la transition énergétique et des énergies renouvelables au CIC à Alger.

À propos NADIRA FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

36ème Congrès des parlementaires arabes UIPA au CIC à Alger. Sévère réquisitoire contre le génocide sioniste

Les travaux du 36ème Congrès ...

A quelques encablures de la tenue des présidentielles. Que veulent les partis politiques?

Les formations politiques sont sorties ...

2ème session CTO Forum Algeria. L’information et la Technologie, les enjeux cruciaux de l’heure

Il s’agira lors de cette ...

Journée nationale de l’étudiant. Tebboune à la nouvelle ville de Sidi Abdallah

Désormais, le pôle technologique de ...

Clôture des travaux de la session ordinaire de l’UA. Adoption du cadre politique des Start UP

En attendant l’organisation par l’Algérie ...