Accueil » ORAN » Une salle de soins, AEP, voirie et extension de classes. La zone d’ombre Gsaiba à Sidi Benyebka sort des ténèbres

Une salle de soins, AEP, voirie et extension de classes. La zone d’ombre Gsaiba à Sidi Benyebka sort des ténèbres

Les habitants de la localité de Gsaiba, sise à 03 km du chef-lieu de la commune de Sidi Benyebka, étant l’une des zones d’ombre longtemps délaissées, durant la dernière décennie, commence peu à peu à sortir de l’ornière, en respirant de l’air frais à la faveur des projets inscrits dans le cadre du Plan de développement communal (PCD). Son réseau d’alimentation en eau potable, son réseau de voirie doté chacun d’un montant de 1,1 milliard, sont une preuve de l’efficacité du développement en cours des zones d’ombre auxquelles il faut le rappeler, le Président de la République, Abdelmajid Tebboune, avait accordé, depuis son investiture, une priorité dans les programmes de développement du pays. Parmi tant de projets qui font parler d’eux, il y a aussi celui de l’extension de trois classes en cours pour les élèves. Pour les habitants de l’agglomération «Gsaiba», cette commune ressemblerait presque à un «vaste chantier» de projets auxquels nécessite toutefois de l’argent. Il s’agit en effet de l’une des 30 plus vieilles anciennes colonies agricoles de la wilaya d’Oran d’avant l’indépendance dont il subsiste encore des traces de descendance de résistante et de combattants de la glorieuse révolution qui se dévouèrent corps et âme à leur terre natale, celle des Moudjahiddines et des Chouhadas. C’est la raison essentielle que les autochtones accordent un attachement, somme toute, particulier à ce petit village, devenu au fil des années, un «projet ambitieux d’une ville» comme l’atteste le maire actuel de Sidi Benyebka, cette commune sise à 30 km à l’Est d’Oran mais «pour peu que la wilaya continue à soutenir cette commune dans ses PCD», estime pour sa part un habitant du village Gsaiba qui faisait partie avant, selon un recensement, des 15.000 zones d’ombre que comptait l’Algérie pour une population globale de 8,5 millions d’habitants pour lesquels un premier programme de 2.200 projets avait été lancé dans le cadre de la promotion des zones d’ombre. C’est en application de ce programme présidentiel des zones d’ombre que les autorités publiques locales de la wilaya d’Oran, et le maire avec, ont veillé dès son lancement à le mettre en exécution pour améliorer la prise en charge des préoccupations courantes quotidiennes des citoyens.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Plans émiratis pour déstabiliser le Sahel et l’Algérie. Ces pays à la botte d’Israël…

A la guerre comme à ...

2ème session d’APW en avril. L’agriculture, un dossier qui promet…

La deuxième session ordinaire de ...

Vigilance face aux turbulences et tensions dans la région. Que de défis à l’Algérie nouvelle !

Le Président de la République, ...

Les communes doivent déposer succinctement les opérations avant de prétendre aux financements de soutien. De la crise Covid … à la crise budgétaire

L’une des recommandations faites aux ...

7.300 victimes dont 2.470 après l’indépendance et des survivants souffrant d’handicaps physiques psychologiques. Les crimes continus des mines antipersonnel

Après la mort des victimes ...