Accueil » CHRONIQUE » Une «guerre» autour du blé

Une «guerre» autour du blé

Selon le Département américain de l’agriculture «USDA», les importations de blé par l’Algérie pour la saison 2023/2024 devraient atteindre 8,7 millions de tonnes, soit une augmentation d’environ 1,2 million de tonnes par rapport à l’année précédente, relaye «Algérie Eco». Cette augmentation significative des achats de blé est liée à une production attendue en baisse à 2,7 millions de tonnes, soit près de 600 000 tonnes de moins que la saison précédente, selon l’USDA qui a publié récemment une mise à jour de ses prévisions pour l’Algérie. Depuis la mi-juillet, après la fin du corridor sécurisé en mer Noire et les frappes sur les installations portuaires ukrainiennes, le trafic maritime au départ des côtes ukrainiennes est totalement interrompu. Cependant, les ports russes continuent d’être actifs et de fournir des produits sur le marché mondial. La Russie a récemment établi un nouveau record pour cette période de l’année en exportant 4,1 millions de tonnes de blé tendre depuis le 1er juillet. D’ici la fin d’année, les prix des céréales pourraient s’apprécier de 10 à 15%. C’est ce qu’a indiqué Pierre-Olivier Gourinchas, économiste en chef du Fonds monétaire international (FMI) lors d’une conférence de presse qui s’est tenue le 25 juillet dernier, rapporte Agence Ecofin. Le marché des céréales sur Euronext enregistre un mouvement de retrait en raison de prévisions météorologiques favorables pour les cultures de maïs aux États-Unis et en Europe en août. De plus, des récoltes prometteuses de blé de printemps dans le Dakota et de bonnes précipitations en Argentine contribuent à la baisse des cours. Les récoltes en France sont déjà bien avancées, ce qui renforce la pression sur les prix. La récolte de blé tendre en France, le principal producteur de l’Union européenne, augmentera de 3,3 % pour atteindre 34,82 millions de tonnes métriques cette année, un volume « décevant » principalement dû au temps sec dans de grandes parties du pays, a déclaré mercredi la société de conseil Agritel. Le blé et le maïs ont tous deux enregistré des baisses à la mi-séance. Les contrats à terme sur le blé de Chicago ont légèrement augmenté jeudi, rattrapant les pertes importantes subies lors de la session précédente, le marché étant soutenu par le resserrement de l’offre dans la région de la mer Noire. Le maïs a chuté, tandis que le soja a progressé.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Femmes palestiniennes, les victimes invisibles

Dans la bande de Gaza, ...

Le gaz a bien chuté !

Le prix du gaz est ...

Pour un Ramadan sans hausse…

Le gouvernement prend plusieurs mesures ...

Le pétrole a bien «chauffé»

En 2024, le secteur pétrolier ...

Alger, la capitale mondiale du gaz

Selon un rapport de Shell ...