Accueil » CHRONIQUE » Une autre guerre…

Une autre guerre…

Le temps des guerres traditionnelles est bien révolu. La guerre d’aujourd’hui a changé de visage. Elle se déroule aussi dans le cyber espace. Des Etats semblent craindre plus les cybers attaques que l’arme nucléaire avec ce conflit en Ukraine. Dans le cyber espace, la guerre russo-ukrainienne a donné lieu jusqu’à maintenant plus à des affrontements limités qu’à un conflit destructeur, mais les spécialistes retiennent leur souffle face à une escalade toujours possible, relève un journal français. Pour l’instant, le cyber Armageddon qui, selon beaucoup d’experts, accompagnera désormais les conflits modernes (des attaques informatiques arrêtant les trains, les banques, les réseaux d’énergie, de télécommunications, les systèmes de santé…) n’a pas eu lieu, ni en Ukraine, ni en Russie, ni chez les alliés de ceux-ci. Mais la crainte est bien là. Déjà, le groupe informatique Asten a bloqué les flux provenant de Russie et de Chine pour prévenir les cybers attaques chez ses clients. La Russie fait partie des pays les plus avancés en matière de cyber sécurité mais aussi dans le piratage. Sauf que sa tentative d’invasion de l’Ukraine a réveillé les Anonymous, ce collectif de hackers qui jouent les «Robin des bois» en ligne, et qui s’était fait connaître dans le passé en s’attaquant à la CIA, l’église de Scientologie, le régime syrien ou encore l’état islamique. Ce week-end, le groupe a ainsi revendiqué le piratage d’une base de données du ministère russe de la Défense et il aurait piraté plusieurs chaînes de télévision d’état pour diffuser du contenu pro-ukrainien, notamment des chansons «pour que les Russes apprennent facilement l’Ukrainien»… Tout se déroule en coulisses, loin des zones de combat, mais les attaques sont variées et elles perturbent évidemment la stratégie russe, d’après le portail «Futura Sciences». Côté russe, on s’est aussi fait remarquer par des cybers attaques et c’était plutôt avant l’invasion avec des attaques DDoS contre le ministère ukrainien de la Défense et PrivatBank, la plus grande banque commerciale d’Ukraine. Il s’agit simplement de mettre hors service des sites Internet. Sur les sanctions, le Monde avertit la Russie contre toute attaque dans ce secteur, mais il tolère que des «groupes» comme «Anonymous» puissent attaquer la Russie. Cette guerre laisse présager le pire tant sur le cyber espace que sur le plan économique. C’est, peut-être, la troisième guerre mondiale d’un type nouveau où l’ONU est devenue « impuissante» face à la «force» de certains pays.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Pétrole, risque d’une réduction de l’offre

Les prix du pétrole ont ...

Feux de forêts, l’alerte !

En Algérie, le risque d’incendies ...

L’UE s’attaque au gaz russe!

L’Union Européenne a instauré son ...

Le blé inquiète encore !

Au Royaume-Uni et en France, ...

Pétrole, la guerre des prévisions !

L’Agence internationale de l’énergie «AIE ...