Accueil » CHRONIQUE » Un retrait «significatif»!

Un retrait «significatif»!

L’Algérien Fethi Nourine, qui avait déclaré forfait aux Jeux de Tokyo pour ne pas avoir à affronter un Israélien, a été suspendu par la Fédération internationale. Son accréditation olympique lui a été retirée. Nourine devait d’abord affronter le Soudanais Mohamed Abdalrasool lundi au premier tour, avant de combattre l’Israélien Tohar Butbul au tour suivant. Mais il avait annoncé jeudi à la télévision algérienne qu’il avait décidé de renoncer au tournoi, expliquant sa décision par son soutien à «la cause palestinienne». Samedi, la commission exécutive de l’IJF a annoncé avoir suspendu provisoirement le judoka ainsi que son entraîneur Amar Benikhlef. En réponse, le Comité national olympique algérien a retiré l’accréditation des deux hommes et indiqué qu’ils allaient rentrer en Algérie. « Nous refusons la normalisation. Nous avons pris la bonne décision », avait estimé l’entraîneur de Nourine, à la télévision algérienne, s’exprimant sur la situation politique d’Israël. Fethi Nourine avait déjà pris la même décision, pour les mêmes raisons, lors des championnats du monde 2019. Un retrait qui a provoqué une vive polémique où des Algériens ont, sur Facebook, souhaité que l’Algérien donne une « raclée» au judoka israélien et offrir cette victoire aux Palestiniens. Il y en a beaucoup qui ont salué le geste de l’Algérien. Le journaliste Akram Belkaïd rappelle que le geste du judoka algérien n’est pas un cas isolé. « En 1973, l’équipe de foot d’URSS refusa de rencontrer celle du Chili au lendemain de la mort d’Allende. Les Africains refusèrent d’aller aux JO de Montréal de 1976 pour protester contre la présence de l’Afrique du Sud raciste au sein du CIO. En 1980, les USA boycottèrent les JO de Moscou à cause de l’invasion de l’Afghanistan. En 1984, le bloc de l’Est en fit de même en représailles avec ceux de Los Angeles. Enfin, en 2004, les appels au boycott contre les JO en Chine furent légion ». «On peut ne pas être d’accord avec lui, mais à son niveau, il a accompli un geste de solidarité concrète. Qui va lui coûter cher», conclut le journaliste. Mais Nourine reste libre et assume les conséquences de son retrait. Visiblement, il ne le regrette pas et ne le regrettera pas puisqu’il est convaincu que son geste s’inscrit dans sa logique. Mais dans les faits, s’il aurait gagné, une victoire offerte aux Palestiniens passerait, certainement, inaperçue à moins qu’il décroche une médiale, ce qui n’est pas certain. Son geste de retrait a été rapporté par presque toute la presse internationale où Gaza a été mise au devant de la scène médiatique en rappelant qu’à Gaza il y a un peuple qui souffre à cause d’Israël. En somme, le judoka a plaidé la cause palestinienne mieux qu’une marche pro-palestinienne à Paris ou à Washington.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

L’huile monte…

Le prix de l’huile de ...

La bonne gestion du gaz…

L’Algérie est tenue de se ...

Mais attention…

Le confinement partiel à domicile, ...

Plus qu’un crime, un génocide !

17 octobre 1961, c’est une ...

Protégeons nos enfants !

L’Algérie comptait près de 16 ...