Accueil » CHRONIQUE » Un Occident à deux vitesses

Un Occident à deux vitesses

Les conflits se ressemblent et se répètent aux quatre coins de la planète. Les gens meurent à longueur de journée et de l’année. Pourquoi ? pour quelle raison en sommes-nous arrivés là.. L’unique et la plus plausible des réponses serait très liée à la nature du système géopolitique qui gère la planète Terre avec ses plus de sept milliards d’êtres humains.. C’est un système qui prime les intérêts des uns au détriment de la justice des autres. Il faudrait tout d’abord faire une petite rétrospective de lumière sur les débuts de la mise en place de l’actuel ordre mondial suite aux affres de la deuxième guerre mondiale. Les fondateurs de cet ordre et ses Institutions : ONU et ses dérivées, Conseil de sécurité, FMI, banque mondiale, GATT (OMC), avaient pensé, avant tout, aux intérêts de leurs peuples. Et toutes les politiques qui vont suivre depuis 1945 à ce jour, sur les conflits et les crises qui se manifestent çà et là à travers les cinq continents, sont d’abord dictées par les intérêts des pays occidentaux. Les petits pays « de rien du tout » qui vont rejoindre progressivement l’ONU après le phénomène des indépendances de ces États dits du Tiers monde, vont se contenter de jouer aux comparses dans cette spectaculaire farce mondiale. Dès le départ de cette machine de l’injustice planétaire, les membres sont divisés en deux catégories distinctes : en haut, un petit groupe d’Etats économiquement et militairement puissants, qui aura le droit de veto, c’est-à-dire, la décision. Le reste formera les derniers wagons du train qui va se contenter de suivre la volonté de cette minorité, pis encore, il va lui accorder la légitimité. Lorsqu’on constate comment cet Occident, cette Onu, ce Conseil de sécurité et ces organismes des Droits de l’Homme traitent différemment, ce qui se passe en Ukraine – par exemple par rapport à ce qui se passe à El Qods et en Palestine occupée : Une fois encore, nous vivons aux pas cadencés d’un énième scandale de l’injustice internationale. Où un arabe, un musulman ne pourrait absolument, pas bénéficier des mêmes considérations qu’un ukrainien, qu’il soit juif ou chrétien. Et, pourtant c’est le même sang humain – jusqu’à preuve du contraire- qui coule, que ce soit de l’arabe palestinien ou du slave Ukrainien. Je tiens, à cet effet, à me référer à la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH) qui a été adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 10 décembre 1948 à Paris. Ce sont vos principes et vos lois que vous êtes en train de piétiner…

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Victoire diplomatique pour la Palestine

La grande révolte palestinienne du ...

La sécurité sanitaire 2025-2030

La sécurité sanitaire pourrait avoir ...

Le dessalement: une option stratégique

Face à l’indisponibilité de l’eau, ...

2027, serait-elle, l’année de l’émergence?

C’est une thèse qui n’est ...

Les vents des présidentiels

A cinq mois des élections ...