Accueil » CHRONIQUE » Un été africain!

Un été africain!

Les Algériens -bien sûr- y compris leurs gouvernants, semblent être dépassés par les problèmes dont une partie importante serait la conséquence logique d’une gestion, pas tout à fait normative. Toutefois, il y a d’autres problèmes dont il serait mieux de les imputer au destin. Sinon!! Covid-19, accidents de la route, noyades, feux de forêt, paysage insalubre, canicule etc… Cependant, ce qui rend ce grand tout, encore plus insupportable, c’est bien ce désordre presque généralisé, apposant son cachet, là où vous mettrez les pieds. Pour dire ça, un peu, autrement, il s’agirait de l’absence de l’ordre et des bonnes manières, voire de l’organisation dans chaque coin. Et si ces paramètres avaient été présents, tous les malheurs, les plus douloureux du monde, seraient atténués; les pouvoirs publics s’attèleront à l’administration des affaires publiques de la cité, afin de répondre, à l’heure exacte, aux attentes des citoyens. C’est une bonne chose et c’est d’ailleurs la mission primordiale d’un gouvernement. A quoi va servir donc un gouvernement?! Toutefois, il existe une autre mission qui s’impute à ce même gouvernement! C’est celle de bien organiser les activités et les relations dans la cité. L’on pourrait appeler ça, et sans se faire de reproches et sans pour autant, surenchérir, civiliser les relations des gens de la cité. L’organisation, non seulement, fait gagner dans l’espace et le temps mais elle aurait un impact fulgurant sur le moral des citoyens. Dans une cité au climat organisé, c’est moins de tensions dans les interactions entre citoyens et entre gouvernants et gouvernés. Donc, le désordre que nous observons un peu partout, finira par saper le moral des citoyens et les problèmes que nous sommes appelés à confronter au quotidien, entre autres, ceux cités plus haut: Covid-19, feux de forêt, noyades, accidents de la route, canicule, robinets à sec, ne vont pas avoir cet impact lourd et insupportable. Regardez, par exemple, si vous osez circuler en bagnole à Oran, au mois de juillet entre dix heures et quatorze heures, c’est un vrai calvaire que tout le monde chercherait à éviter, sauf bien sûr les gens, habitués à ce genre de situation, fut-elle infernale, et possédant des nerfs en acier. Ainsi, éduquer, organiser, dresser, imposer une discipline de fer, pour que les citoyens apprennent à se soumettre à l’ordre, évidemment avec la seule force de la loi. Oui, c’est très possible et si l’on veut, on peut. Mais, avant de faire ça, l’on devrait d’abord éplucher son mental des malveillants préjugés que l’on a sur soi.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

De la patate à l’huile de table La tragédie continue

Il y quelques jours, nous ...

Cartable lourd et tête vide

Le cartable de l’élève est ...

Des pétards en milliards

Ce sont des milliards qui ...

L’impossible discipline contre la Covid

Depuis son entrée solennelle dans ...

Ce qui s’est passé à Paris Ce 17 octobre 61

Il y a 60 ans ...