Accueil » CHRONIQUE » Un bel avenir pour le pétrole!

Un bel avenir pour le pétrole!

La consommation de pétrole se dirige vers un record absolu, avec une demande mondiale en hausse, selon l’Agence internationale de l’énergie. En 2023, la demande devrait atteindre un niveau historique de 103 millions de barils par jour en juin, alimentée par les voyages aériens estivaux, la production d’électricité à partir du pétrole et la croissance de l’activité pétrochimique chinoise. La demande annuelle totale devrait augmenter de 2,2 millions de barils par jour par rapport à 2022, pour atteindre 102,2 millions de barils par jour en 2023, avec la Chine contribuant à plus de 70% de cette croissance. Neuf membres de l’OPEP+, dont ses deux poids lourds, Ryad et Moscou, ont instauré depuis mai, des coupes volontaires de production pour un total de 1,6 million de barils/jour. Les coupes se sont ensuite prolongées jusqu’à fin 2024. Dans le même temps, l’Arabie saoudite a opté pour une nouvelle réduction de production d’un million de barils/jour pour juillet, prolongée jusqu’en août, puis jusqu’en septembre. Moscou s’était pour sa part engagé à baisser ses exportations de 500.000 barils/jour en août, puis de 300.000 barils/jour en septembre. De quoi amener l’équilibre du marché à «se resserrer davantage à l’automne», avertit l’AIE. «Si les objectifs actuels de l’alliance sont maintenus, les stocks de pétrole pourraient diminuer de 2,2 mb/j au troisième trimestre et de 1,2 mb/j au quatrième trimestre, ce qui risquerait d’entraîner une nouvelle hausse des prix». L’AEI estime que la hausse de la demande de pétrole sera moins forte en 2024 qu’en 2023, alors que le monde doit réduire sa consommation d’énergies fossiles, nocives pour le climat, afin de limiter le réchauffement planétaire à 1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle. «Cela a été un peu surprenant car le précédent rapport de l’OPEP maintenait à peu près le même niveau de demande, mais l’AIE était très positive en annonçant une demande record tirée notamment par les besoins de l’industrie pétrochimique chinoise», a commenté Matt Smith, de Kpler. Il note que les prix du pétrole ont augmenté malgré la force du dollar, soutenus par un regain d’inflation du côté des prix de gros aux États-Unis. «Non seulement l’AIE met en avant la forte demande, mais elle met en avant la réduction de l’offre, notamment les réductions de production décidées par l’Arabie saoudite”, a relevé Matt Smith, interrogé par l’AFP. «Si les prix du WTI qui ont atteint cette semaine leur plus haut niveau de l’année, atteint en avril, se maintiennent à ce stade, il pourrait former un nouveau plus bas pour aller plus haut», a prévenu l’analyste de Kpler.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Valoriser notre gaz !

Lors de la séance d’ouverture ...

Déjà des mesures contre les feux de forêt !

La Commission nationale de protection ...

Blé, l’Algérie sereine…

Les prix du maïs, du ...

Valorisation des eaux usées, le défi

Le ministre de l’Hydraulique, Taha ...

Le FLN se prépare aux élections…

Sous la direction d’Abdelkrim Ben ...