Accueil » MONDE » Ukraine. Les départs en cascade des expatriés favorisent la guerre psychologique
Travellers wait at the check-in counters ahead of their flights at the Boryspil airport some 30 kilimetres outside Kyiv on February 13, 2022. - Ukraine on February 13, 2022, vowed to keep its airspace open to international travel despite Western warnings that Russian troops conducting drills near its borders could invade at any point. (Photo by Sergei Supinsky / AFP)

Ukraine. Les départs en cascade des expatriés favorisent la guerre psychologique

Face à la menace d’une invasion de l’Ukraine par la Russie, en moins de trois jours, de nombreux Etats ont appelé leurs ressortissants à quitter le pays. D’autres ont réduit la présence de leur personnel diplomatique sur place. La guerre psychologique gagne du terrain. « Les citoyens américains devraient partir, ils devraient partir maintenant. Nous avons affaire à l’une des plus grandes armées du monde ». Les Etats-Unis ont été les premiers à tirer la sonnette d’alarme, jeudi 10 février, avec cette inquiétante déclaration de Joe Biden dans une interview accordée à la chaîne NBC. « Les choses pourraient vite s’emballer », a répété ce jour-là le président américain, ajoutant qu’il n’enverrait pas de soldats sur le terrain en Ukraine, même pour évacuer des Américains dans l’hypothèse d’une invasion russe, car cela pourrait déclencher « une guerre mondiale ». Depuis, de très nombreux pays ont emboîté le pas aux Américains. Parmi ceux qui ont appelé leurs ressortissants à quitter l’Ukraine ces derniers jours figurent, notamment, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, le Canada, la Norvège, l’Australie, le Japon, Israël, l’Arabie saoudite ou encore les Emirats arabes unis. Dans les airs, la compagnie aérienne KLM a annoncé, samedi 12 février, suspendre jusqu’à nouvel ordre des vols vers l’Ukraine. De son côté, Kiev a promis de laisser son espace aérien ouvert malgré une menace d’invasion russe. Mais selon la presse nationale, les avions volant dans l’espace aérien ukrainien ne seraient plus protégés par les compagnies d’assurance internationales à partir du 14 février, entrainant des annulations. « C’est impressionnant ces réactions en chaîne, ça commence à faire trop », déplore auprès de France 24 Tetyana Ogarkova, responsable du département international de l’ONG Ukraine Crisis Media Center, jointe à Kiev. « Des départs aussi précipités et massifs en quelques jours, cela prouve qu’il y a une certaine urgence, que la menace est bien réelle et ça ajoute à l’atmosphère anxiogène », regrette-t-elle. Paris, qui veut plutôt croire à une solution diplomatique, fait figure d’exception. Les autorités françaises sont l’une des seules forces européennes à ne pas avoir demandé à leurs ressortissants – près d’un millier vivent en Ukraine – de quitter le pays. Le Quai d’Orsay a simplement conseillé « de différer tous les déplacements en Ukraine » et l’ambassade de France a appelé ses ressortissants sur place à « faire quelques réserves d’eau, de nourriture, de vêtements chauds » et d’essence. Aux conseils d’évacuation se sont ajoutés les délocalisations de plusieurs ambassades occidentales de Kiev vers Lviv, une ville située dans l’ouest de l’Ukraine. Les Etats-Unis, suivis du Canada et de l’Australie y ont transféré l’essentiel de leurs employés pour y maintenir une petite présence consulaire.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le Carrefour de Mostaganem

Sans domicile fixe. Les raisons ...

Le Carrefour de Mostaganem

Tourisme. 14 nouvelles plages pour booster ...

Le chef de l’OMS prévient. Une offensive terrestre sur Rafah «pourrait conduire à un bain de sang»

Une offensive terrestre de l’armée ...

Le Carrefour de Mostaganem

«Mostaganem-Hassi Mefsoukh». Reprise du projet ...

Le Carrefour de Mostaganem

Organisé par la Chambre du ...