Accueil » MONDE » Tunisie. Le tourisme terrassé par le Covid-19

Tunisie. Le tourisme terrassé par le Covid-19

Que c’est triste Djerba quand les touristes ne viennent plus. Dans ce coin longtemps béni de la Tunisie, le spleen emporte artisans, commerçants et hôteliers. Certains tournent en rond dans leurs boutiques ou dans leurs lobbys comme des derviches découragés. Cette année encore, le Covid-19 a empêché les vacanciers du globe de se couvrir d’« or bleu », comme le veut la formule dans ce petit pays du Maghreb, moins gâté en richesses naturelles que ses voisins algérien et libyen. Selon le commissariat régional au tourisme, Djerba et Zarzis – cité balnéaire située non loin de l’île – ont attiré 180 000 visiteurs de janvier à juillet. L’an dernier, la province avait comptabilisé plus de 300 000 vacanciers contre… 1,2 million en 2019.
«C’est douloureux. C’est la pire année pour Djerba. Une époque sombre, pour ne pas dire noire », confie Jalel Eddine Henchiri, propriétaire de deux hôtels – dont un fermé – et vice-président de la Fédération tunisienne de l’hôtellerie (FTH). La saison 2021 est plus plombée encore que celles qui ont suivi la révolution de 2011 – qui fit tomber la dictature de Zine El-Abidine Ben Ali – ou les différents attentats qui endeuillent le pays depuis 2002. « En trente et un ans, je n’ai jamais vu ça. Jamais. C’est la catastrophe, soupire Ahmed (prénom d’emprunt), un quadragénaire qui tient avec son frère un magasin de vêtements au cœur de Houmet Souk, dans le nord de l’île.
Un jour, tu vends, dix jours tu ne vends pas. » Pour survivre et payer le loyer du local, les deux hommes dépendent désormais des virements que leur adresse leur père installé en France. Le Covid-19 a eu raison d’un secteur vital dans cette partie de la Tunisie et qui représente 14 % du produit intérieur brut (PIB). En 2019, il employait à Djerba 12 000 personnes, et indirectement 36 000 autres, sur les 160 000 habitants que comptent l’île et ses environs, selon le commissariat régional au tourisme. Cette année, les chiffres ont été divisés par trois. Certains cherchent du travail, d’autres font des extras dans les restaurants ou ont quitté la région ; les plus jeunes – les « harraga » – ont pris la mer pour tenter de rejoindre en bateau l’île voisine de Lampedusa, porte d’entrée souvent mortelle de l’Europe. Loin de la crise sanitaire, économique et sociale qui ronge le pays. Djerba est une terre acquise à Ennahda, comme une grande partie du sud de la Tunisie. Mais le parti islamiste compte aujourd’hui ses soutiens. Le 25 juillet, dans la foulée du coup de force du président Kaïs Saïed, son local situé à Houmet Souk a été brûlé. Mais, pour Hosni Djemmali, le fondateur du groupe Sangho – dont l’hôtel amiral de Zarzis a dû fermer en septembre 2020 –, les racines de la colère sont profondes : « Ennahda, au pouvoir depuis la révolution, n’a rien fait pour le tourisme et a toujours été hostile à cette industrie.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Manifestations anti-RN. Jusqu’à 350.000 personnes attendues samedi dans les rues de France

Alors que 50.000 à 100.000 ...

Le Carrefour de Mostaganem

Lors d’une conférence de presse. ...

Le Carrefour de Mostaganem

Education. Les préparatifs des examens ...

Le Carrefour de Mostaganem

Université. Les prolifiques apports au ...

Palestine. La Colombie confirme qu’elle va ouvrir une ambassade à Ramallah

La Colombie va ouvrir une ...