Accueil » RÉGIONS » Troisième session de formation sur la communication institutionnelle à Bejaïa. Le ministre de la Communisation donne le coup d’envoi

Troisième session de formation sur la communication institutionnelle à Bejaïa. Le ministre de la Communisation donne le coup d’envoi

Bejaïa abrite, depuis jeudi dernier, la troisième session de formation sur la communication institutionnelle destinée aux représentants des médias nationaux et les responsables des cellules d’information des wilayas de Bejaïa, Jijel, Bordj Bou Arreridj, M’sila, Bouira et Tizi-Ouzou. Organisée par le ministère de la Communication, «cette session de deux jours s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme national intersectoriel de formation sur la communication institutionnelle», indiquent les organisateurs de cette formation. Cette formation, abritée par le centre de recherche de langue et culture amazighes de l’Université «Abderrahmane Mira» de Bejaïa, est organisée en coopération avec le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, ainsi que le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Le coup d’envoi de cette session de formation a été donné par le ministre de la Communication, Mohamed Bouslimani, qui a indiqué, lors de son intervention inaugurale, que « la réussite de la relance du développement global nécessitait un accompagnement professionnel, notamment dans la communication institutionnelle». Pour le premier responsable de ce secteur, la formation est un axe central de la politique de son Département «pour élever le niveau des professionnels des médias et instaurer une dynamique à même de contribuer à la réussite de la relance du développement global ». Une dynamique qui exige aussi «un accompagnement professionnel, notamment en terme de communication institutionnelle et de proximité », a-t-il souligné, en réitérant sa « conviction » qu’une formation organisée et adaptée avec les évolutions en cours est de nature à « relever les défis et les capacités concurrentielles de la presse nationale », pour faire face aux agressions cybernétiques qui visent le pays. « L’appui sur la formation est une nécessité imposée par les mutations profondes que connaît le domaine de la communication particulièrement, au regard de la révolution numérique qui a apporté des changements radicaux dans le rôle et la mission de la presse, sa composition et ses moyens », a ajouté le ministre. M. Bouslimani a évoqué les grandes réformes entamées par son Département dans le domaine de la communication, en rappelant les projets législatifs lancés, en citant notamment la loi organique de l’information, la loi sur l’audiovisuel et la loi sur la presse écrite et la presse électronique. Des textes qui sont actuellement en examen au niveau de l’Assemblée populaire nationale. Le ministre a tenu également à souligner les actions relatives à la modernisation du secteur, « doté désormais d’équipements de pointe et dont les résultats et l’impact ont été vérifiés à l’occasion du déroulement de certains événements d’importance dans notre pays, notamment le Championnat d’Afrique des nations (CHAN), le Sommet arabe et les Jeux méditerranéens », a-t-il dit. « Nous sommes résolus, à la lumière des changements que connaît le secteur et de l’appui fort du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, à la famille de la presse, à passer à une étape qualitative, notamment en terme d’amélioration et de promotion de l’exercice du métier de journaliste et des collaborateurs du métier », a assuré M. Bouslimani. Par ailleurs, M. Bouslimani a affirmé que son Département s’attelait à « renforcer la presse régionale et locale, notamment dans le but de concrétiser le droit du citoyen à l’information fiable et l’instauration de rapports de confiance et de complémentarité avec l’administration afin de contribuer à l’effort national de construction de la nouvelle Algérie ». Cette 3e édition de la formation sur la communication institutionnelle, étalée sur deux jours, s’est déroulée sous forme de communications académiques et d’ateliers thématiques. Des communisations animées par des spécialistes en la matière, qui ont mis en exergue l’importance de la communication institutionnelle, ses concepts et significations. Les conférenciers ont également tenus à souligner l’importance de la qualification et ses mécanismes opérationnels et la nécessité de se doter d’une stratégie communicationnelle pérenne et efficace pour un rapprochement de l’administration du citoyen. Une stratégie de communication qui demeure une nécessité pour les administrions publiques pour notamment la diffusion d’une information réelle et contrecarrer les «fake news» à l’ère des réseaux sociaux et autres supports de propagande en ces temps de la technologie numérique qui avance à pas de géant.

À propos Hocine Smaali

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Il a été plébiscité par le congrès extraordinaire du Parti. Youcef Aouchiche candidat du FFS aux présidentielles

Le Front des Forces Socialistes ...

Frédéric Sudre, Directeur général de « Danone Djurdjura Algérie », à partir d’Akbou: «Nous œuvrons à la construction d’un modèle de croissance durable»

Présent lors de la cérémonie ...

La star internationale de football est depuis avant-hier en Algérie. «Je suis très content de vous retrouver et d’être dans ce lieu qui m’est cher»

Karim Benzema, ancien joueur de ...

Un Congrès extraordinaire est convoqué. Le candidat du FFS sera connu le vendredi prochain

Le Front des Forces Socialistes ...

Journée mondiale sans tabac. Les dangers des pratiques manipulatrices sur les jeunes

Chaque année, la Journée mondiale ...