Accueil » ACTUALITE » Tribunal Pénal de Tipaza. Le ministère du Tourisme débouté

Tribunal Pénal de Tipaza. Le ministère du Tourisme débouté

Pourquoi le tribunal de Tipaza a refusé, lors de son audience du dimanche 18 avril que le ministère du Tourisme puisse se constituer comme partie civile dans ces affaires de corruption, qui viennent d’ébranler le secteur du tourisme et le groupe HTT? Le tribunal pénal de Tipaza vient de débouter le ministère du Tourisme, de l’Artisanat et de la Famille, au cours de l’audience de ce dimanche 18 avril, lors de la poursuite du procès, dans le cadre de la lutte anticorruption. Ces procès concernent le jugement des 26 parmi les 36 accusés dans des affaires de corruption qui concerne le complexe touristique Matares, Corne d’Or et le Sept. Le tribunal a rejeté de facto la constitution du ministère du Tourisme comme partie civile, lors de ce procès où des responsables sont auteurs et accusés impliqués dans des affaires scabreuses de corruption. Le tribunal de Tipaza, et dans sa section Pénal, a rejeté la constitution du ministère du Tourisme dans l’action civile. Cela suppose que la tutelle n’a pas la personnalité morale pour se constituer partie civile. En d’autres termes, le tribunal a déclaré l’action irrecevable du ministère du Tourisme, lors du déroulement de ce procès qui a défrayé la chronique judiciaire de par l’énorme préjudice causé par des responsables du complexe touristique, lors de leur gestion chaotique soldée par la corruption. Le tribunal dans sa session pénale vient de statuer pour la 4ème fois consécutive sur cette affaire où sont impliqués 26 accusés dont 05 DG devenus des PDG après les décisions du Conseil d’administration du groupe HTT. Dans cette affaire qui n’est que le prélude à d’autres affaires qui ont secoué des Entreprises de gestion touristique, le tribunal pénal de Tipaza vient de rendre son verdict après des mois d’audition par la justice et par mettre sous les verrous les premiers responsables qui se sont éternisés à la tête du complexe touristique de Matares et de Corne d’Or à Tipaza, dans le cadre de modernisation et de remise à niveau où des milliards se sont évaporés dans ces actions et transactions douteuses. La poursuite des sentences a concerné cette fois-ci, l’ex-DG Bahlouli Mohaled (2014-2016) et Kaoula Yacine( 2017-2020) qui viennent d’être condamnés à 06 ans de prison ferme. Les griefs retenus contre eux rentrent dans le cadre de la propagation de la corruption et des malversations. Ils sont accusés de détournements de deniers publics, transactions de marchés douteux, non respect de la législation en vigueur concernant la conclusion de contrats, abus de confiance et indus privilèges lors de leurs gestions qu’ils avaient utilisées pour gérer en main de fer leurs structures hôtelières et de loisirs. Néanmoins, l’on s’interroge sur le verdict prononcé contre l’actuel PDG dudit complexe qui, pour rappel, a été inculpé de 02 ans de prison ferme, lors du 3ème procès. A la surprise de tous les présents à ce procès, Boudouma Mohamed, premier responsable de ce complexe, vient d’être acquitté par le tribunal section Pénal de Tipaza lors du procès de ce dimanche 18 avril. Il a été innocenté des chefs d’accusation qui pesaient sur lui. Rappelons que 03 PDG ont été mis sous mandat de dépôt lors de l’instruction de cet épineux dossier de corruption. Des peines de 04 ans de prison ferme ont été notifiées par le président de l’Audience aux mis en cause dans cette affaire et que sont Kaouan Noureddine, responsables DPM, Meklati Samia, directrice technique et enfin Abdelhak Saadouni, chef de projet et Khelifi Hamza. Les mis en cause dans le cadre de l’affaire de modernisation de l’EGT de Tipaza qui a défrayé la chronique judiciaire, eu égard aux reports vu l’ampleur du dossier et des zones d’ombre, ont été condamnés à des peines de 02 à 07 ans de prison ferme, lors de l’audience d’hier au tribunal de Tipaza. Ces opérations de modernisation qui ont été soldées par des trous énormes et par l’évaporation de milliards lors de la conclusion de marchés douteux, n’ont pas encore révélé tous ces mystères, en dépit du procès au niveau du tribunal de Tipaza. Les mis en cause dans cette affaire de corruption se sont vus notifier des peines, concernant les décisions du dossier relatif à la modernisation, allant de 02 à 07 ans de prison ferme. De nombreux cadres de cette entreprise qu’est l’EPE/EGT de Tipaza, sont poursuivis dans cette affaire, en application de la loi sur la corruption, pour les chefs d’inculpation de «dilapidation de fonds publics, infraction à la loi sur les marchés publics, octroi d’indus privilèges et abus de fonction». Signalons que ce verdict a été prononcé après le 4ème report consécutif du jugement dans l’affaire de corruption dans l’Entreprise de gestion touristique (EGT) de Tipasa.

À propos NADIRA FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Forum économique algéro-italien au CIC à Alger. Pour un partenariat gagnant-gagnant

L’ambassadeur d’Italie en Algérie, après ...

Relations bilatérales algéro-italiennes .Le Premier ministre italien, Mario Draghi, aujourd’hui à Alger

Mais qu’est-ce qui fait courir ...

Micro-entreprise. Le Salon international prévu au mois de septembre prochain

Dans le domaine de la ...

Propos du Ministre du tourisme sur les vacances des Algériens. Une question de pouvoir d’achat

La saison estivale est bel ...

Grâce présidentielle. Mesures d’apaisement pour 44 hirakistes

Il s’agit, selon le communiqué ...