Accueil » ACTUALITE » Travail du gouvernement et des walis. Evaluation continue des performances

Travail du gouvernement et des walis. Evaluation continue des performances

L’économie algérienne est extrêmement fragile et déséquilibrée. Elle a besoin d’une réforme en profondeur. Le plan d’action gouvernemental intervenu après l’installation du gouvernement assez récent après les législatives du 23 juin 2021 a été lancé sur le terrain. Ce plan d’action de septembre 2021 comprend une série d’actions et de décisions en vue, entre autres, d’améliorer le quotidien et le cadre de vie des algériens dans divers domaines, créer le statut de l’auto entrepreneur, encourager l’emploi de jeunes, lutter contre la spéculation commerciale, attitrer les commerçants informels, encourager la création des micro entreprises et de start up, renforcer le pouvoir d’achat, promouvoir les actions sectorielles, booster les projets et l’investissement. C’est un plan ambitieux déduit des 54 engagements du président de la République mais qui, tout logiquement, devrait nécessiter du temps et un climat favorable de solidarité entre les gouvernants (ndr walis territoriaux) et les gouvernés pour avoir son impact sur le terrain, estime un spécialiste. Seulement voilà, ce Plan d’action semblait, selon les observateurs, tout au début, un peu contrarié par plusieurs facteurs internes (les politiques publiques) et externes (chocs pétroliers de 2014, 2020 et la crise pandémique de 2020). Comment donc évaluer les actions d’un gouvernement qui a à peine sept mois d’installation ? Quelle a été aussi sa performance depuis ? Le chef de l’Etat coupe l’herbe sous la polémique. Il persiste et signe. La performance du gouvernement et des walis est évaluée de manière continue, dit-il. Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a affirmé, mardi soir, que l’évaluation de la performance du gouvernement et du travail des walis était effectuée « de manière continue ». Le Premier responsable du pays a abordé pour la première fois un sujet sensible et épineux à la fois car en lien avec l’efficacité des actions de son gouvernement actuel. Sans tabous ni réticence, le président Tebboune a tranché. Après ses dernières décisions audacieuses prises lors du Conseil des ministres dont entre autres la revalorisation de la pension de chômage à 13.000da, la suppression des taxes et impôts jusqu’ nouvel ordre sur certains produits alimentaires et d’autres activités commerciales pour préserver le pouvoir d’achat des ménages, Le président Tebboune a souligné qu’il suivait de très près et à la loupe les actions et la performance de son gouvernement et qu’en cas d’erreurs graves, les sanctions sont inévitables. Le président a souligné qu’en cas d’erreurs graves, la question sera tranchée « immédiatement ». S’exprimant lors de son entrevue périodique avec les représentants de la presse nationale, le Président Tebboune a indiqué que l’évaluation des performances du gouvernement actuel, assez récent du fait de son installation au lendemain des législatives de juin dernier, était « une évaluation continue », faisant savoir qu’en cas d’erreurs graves, la question sera tranchée « immédiatement ». « Il faudra donc laisser aux responsables le temps de s’adapter et de s’affranchir des entraves bureaucratiques et administratives, sachant que le suivi s’effectue continuellement pour identifier qui maîtrise le dossier de son département et qui trouve encore des difficultés dans ce sens », a-t-il expliqué. Concernant l’évaluation de la performance des walis, M. Tebboune a fait état de deux évaluations et d’une troisième bientôt. La première évaluation a porté sur le dossier des zones d’ombre qui a été pris à la légère par la majorité. « Les walis n’ont aujourd’hui aucune excuse pour ne pas remédier aux problèmes dans leurs wilayas, notamment avec le retour au système de l’instance exécutive qui leur confère le droit de superviser tous les secteurs », a-t-il ajouté. Le président de la République d’ajouter : « l’évaluation concerne aussi le travail des ambassadeurs, chose qui s’est concrétisée à travers la relance de la diplomatie économique ». Dans ce sens, tous les ambassadeurs, consuls et représentants de l’Algérie auprès des organismes régionaux et internationaux ont été réunis, pour la première fois depuis vingt ans, dans le cadre d’une seule rencontre générale.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Saison du Hadj pour l’année 2024. Les mises en garde de l’Arabie Saoudite

L’Arabie Saoudite modifie les règles ...

Elle capte plus d’évènements et de touristes étrangers en 2024. Oran, une Destination de rêve

La capitale de l’ouest du ...

Ils réclament leurs arriérés impayés de plusieurs mois. Malaise chez un groupe de collecteurs de lait à Oran

Qui est à l’origine de ...

Association sportive Elus APW – Fonctionnaires de la wilaya d’Oran. «Jawharate Al Moiutawaset» et la promotion du sport des Collectivités locales

Quelles sont les obligations de ...

Sur instruction du président de la République et jusqu’au 31 octobre. Les binationaux entrent en Algérie sans visa

Une mesure qui dessine de ...