Accueil » CHRONIQUE » Tout est cher!

Tout est cher!

C’est le Ramadhan le plus chaud et le ci-toyen ne sait plus à quel saint se vouer. La cherté de la vie et l’augmentation des prix des produits de large consommation sont devenues une source d’anxiété pour les citoyens et aussi le «sujet de l’heure». «Tout» est devenu cher. Si le ministre du commerce évoque la défaillance et/ou l’absence des réseaux et filières de distributions, le ministre des finances pense autrement la question de la flambée des prix. Le ministre des Finances a affirmé devant l’APN que «la gestion de l’inflation est un défi complexe et que les banques centrales disposent d’outils limités pour la maîtriser». Pour ce qui est du rôle de la Banque d’Algérie dans la stabilité des prix, il a souligné que «l’inflation est due, actuellement, à des raisons non monétaires et à des facteurs exogènes multiples comme les perturbations de la chaîne d’approvisionnement causées par la pandémie de Covid- 19, qui ont entraîné une pénurie de certains produits et une augmentation des prix des produits disponibles, ainsi qu’une demande accrue dans certains secteurs, entrainant une hausse des prix». Ses arguments sont à discuter puisque l’on parle de produits purement algériens dont les prix ont augmenté plus de 30%. À aucun moment, le ministre des finances n’a parlé de spéculation. Les officiels évitent d’évoquer le terme «spéculation» et «faillite dans la distribution». Dans l’optique de faire baisser les prix et permettre aux Algériens de gagner en pouvoir d’achat, les associations de protection du consommateur continuent de dénoncer les tarifs des aliments de première nécessité. Il n’est pas question de viandes ou de laitages, mais bien de légumes et de fruits, écrit «Algérie 360°». L’Association de Protection et Orientation du Consommateur et son Environnement pointe du doigt le phénomène de spéculation. Selon cette dernière, des quantités de légumes et de fruits (dont les pommes) sont emmagasinés dans des chambres froides pour être revendues au prix fort plus tard. Pire encore, certains vont jusqu’à jeter sans scrupules les aliments à défaut de les vendre à un prix plus abordable. Il faut agir, car le citoyen se sent « seul » face à cette cherté de la vie.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le Monde ne doit pas oublier le Soudan!

Ce lundi, le Secrétaire général ...

La surabondance du blé fait le bonheur de l’Algérie

Les exportations de blé de ...

Migration et asile, l’UE durcit les lois!

L’UE fait face à une ...

2024, la bonne année du pétrole !

Malgré l’attaque de l’Iran contre ...

A l’aube d’une troisième guerre mondiale!

Le samedi 13 avril, l’Iran ...