Accueil » ORAN » Tous les ”stratagèmes” semblent bons pour obtenir un logement. Comment faire face aux “anciennes” constructions illicites ?

Tous les ”stratagèmes” semblent bons pour obtenir un logement. Comment faire face aux “anciennes” constructions illicites ?

Pour obtenir un logement,rien de mieux que de construire sur une terrasse, creuser une cave, loger dans une buanderie, dans une forêt, près d’un cimetière ou d’une sebkha, et dans ces situations pour le moins inextricables, plus besoin d’évoquer le squat de chambres et locaux ou de transformations et modifications d’appartements souvent sujets à des autorisations préalables délivrées par les services techniques communaux, mais bel et bien (et c’est le comble) de constructions érigées sur un patrimoine, des immeubles dont le poids est étudié et calculé pour supporter des constructions additives. Les autorités locales n’avaient pas hésité à dénoncer le “trafic à ciel ouvert” concernant la vente et la revente des baraques construites illégalement sur le domaine public. Un ancien wali avait même pointé du doigt certains maires de communes éloignées du chef- lieu, pour leur “complicité” dans la prolifération des phénomènes de constructions illicites dans la wilaya d’Oran, ces dernières années. Les autorités publiques ont déclenché, depuis, de vastes opérations de démolition et de rasage de constructions de fortune ou montées sans permis de construire, à plusieurs endroits et régions de la wilaya, comme cité Péret (constructions illicites sur des terrasses), à la forêt de Coca (Bouamama), à Cheklaoua, Maraval, Planteurs, Hayat Regency (Sidi chahmi) sans compter les opérations de “régul” des constructions achevées ou inachevées sans permis de construire, dans le cadre de la loi 08-15 du 20 juillet définissant les modalités et les conditions de mise en conformité des constructions et leur achèvement. Malgré cette politique de « bâton » menée par les pouvoirs publics, contre le phénomène des constructions illicites qui s’est accentué puis aggravé durant les vingt dernières années de “mauvaise gestion” du domaine public, par certaines assemblées communales, le cas des “anciennes” constructions faites à la hâte et sans discernement érigées au fort de la “crise” de logement dans le périmètre de plusieurs communes (à proximité de la Sebkha de Sidi chahmi, près de l’ancien cimetière à Ain Beida à Sénia, Chteibo, la fourrière canine de Hamri, ou les abattoirs communaux de Saint Hubert, à Oran etc ), soulève encore les projecteurs. Force est de constater que les responsables locaux ont non seulement la mission de démolir ce qui est construit illégalement mais aussi d’assainir le « passif » dans le domaine des constructions illicites qui est un dossier “brûlant”, selon les spécialistes de l’urbanisme et de l’avis même de certains présidents d’assemblées communales actuelles. Mais il faut remonter à l’origine derrière l’expansion du phénomène ces dernières années, à savoir la responsabilité “pénale” du citoyen pour qui, “tous les stratagèmes sont bons” pour avoir un logement. L’existence de constructions non conformes au droit de l’urbanisme, quelle qu’en soit la cause, est injustifiable. Les autorités locales sont à cheval pour appliquer la loi, notamment ne ce qui concerne les “nouvelles” constructions illicites parce que cela ne sert à rien de promulguer et ne pas l’appliquer. Ils font face aussi et impitoyablement à un “passif encombreux et difficile à regler à savoir les “anciennes” constructions illicites implantées à perte d’oeil aux périphéries du chef-lieu durant les années de ”plomb”.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Tebboune exige des enquêtes suite à la détérioration du transport maritime. L’heure des comptes est venue!

Que se passe-t-il au secteur ...

Viandes blanches. Les prix bientôt plafonnés

L’Etat frappe d’une « main de ...

Le FLN dépêche son envoyé spécial, le membre du BP, Ferhat Aghrib. Plus de 30 délégués de Congrès désignés pour l’heure

Le parti du Front de ...

Pour le transport combiné de gaz naturel et de l’hydrogène. Medgaz sera revu et corrigé

Le contexte s’y prête d’autant ...

4.616 cas de violences depuis janvier 2022. Les femmes doivent briser le mur du silence

Comment sensibiliser et prévenir les ...