Accueil » ACTUALITE » Tourisme. Le PDG du HTT limogé

Tourisme. Le PDG du HTT limogé

C’est officiel, le PDG du groupe HTT vient d’être limogé par le premier ministre. C’est le directeur de l’OPGI de Tipaza qui assurera l’intérim avant la désignation d’un successeur pour présider au règne des EGT, des centres de Thalassothérapie, des stations balnéaires, en un mot le groupe Hôtellerie, tourisme, thermalisme. Lazhar Bounaffaa qui a géré d’une main de fer le secteur de l’hôtellerie, tourisme, thermalisme, a été démis de ses fonctions, avant-hier dans la soirée, selon une source concordante. Le PDG du groupe HTT et de Cluster pour les boissons, a notamment élargi ses prérogatives par la prise en charge du volet culturel et la réhabilitation des salles de cinéma des régions du sud à commencer par la capitale des Touaregs, Ahhagar, Tamanrasset. Le chargé de communication au niveau du groupe HTT fait dans le black- out pendant que le PDG en question refuse comme à l’accoutumée de nous répondre au téléphone pour nous confirmer son éviction de son poste de baron de ce groupe GESTOURS devenu HTT. Le PDG limogé par le premier ministre serait, selon notre source, dû aux enquêtes suite au résultat de sa gestion chaotique relevée dans les rapports de la cour des comptes et transmises au premier ministre. Lazzar Bounafaa, pour rappel, était considéré comme l’homme fort du secteur du tourisme, surtout après son soutien indéfectible au 5ème mandat de feu l’ex président Bouteflika. Il gérait un empire de 68 établissements que sont 08 hôtels d’affaires, 12 hôtels urbains, 03 centres touristiques, 19 hôtels du sud du pays, 04 stations climatiques, 12 unités balnéaires, 08 stations thermales, 01 centre de thalassothérapie de Sidi Fredj, 01 centre de bien-être du complexe Les Andalouses à Oran. Il faisait partie, pour rappel, du staff de campagne électorale pour le 05 ème mandat dirigé par l’ex premier ministre Abdelmalek Sellal ensuite par l’ex ministre du transport AEK Zaalani. Au niveau du secteur du tourisme c’est le statu quo. La situation ne s’est pas améliorée d’un iota. En dépit de cette crise sanitaire, le licenciements en vrac des travailleurs sont devenus monnaie courante au niveau des EGT d’où des mouvements de contestation organisés par les travailleurs et le syndicat comme au niveau de l’EGT Sidi Fredj et celui de l’EGT de Zeralda pour violation des lois sociales, non-respect de la réglementation, salaires dérisoires, détérioration des conditions socioprofessionnelles et enfin non association du partenaire social à la prise de décision et à la gestion et aux décisions de l’administration concernant le vécu des travailleurs.

À propos NADIRA FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Elections présidentielles anticipées de septembre 2024. Le compte à rebours…

A quelques mois de la ...

Naissance de l’Union algérienne économique et investissement. 2027, année charnière

A quelques encablures de la ...

Une délégation d’hommes d’affaires turcs en Algérie. Les Turcs raflent la mise?

Une délégation d’hommes d’affaires turcs, ...

Clôture du Salon international de la Santé et du Tourisme Médical. Une aubaine pour les professionnels et les citoyens

Ce Salon, destiné exclusivement à ...

Ouverture du SITEV 2024 à la Safex à Alger. Sous le signe de l’investissement touristique

Le coup d’envoi officiel du ...