Accueil » RÉGIONS » Tourisme à Mostaganem. Les retombées économiques de l’hébergement en deçà des objectifs

Tourisme à Mostaganem. Les retombées économiques de l’hébergement en deçà des objectifs

La masse d’estivants cet été est exceptionnellement extraordinaire. Les centaines de milliers d’estivants qui déferlent, chaque semaine, sur les 124 km de côtes viennent de tous les coins du grand pays l’Algérie. D’El Maktaa à Bahara à l’extrême Est de la wilaya, les plages sont bondées, les parkings sont surchargés, la route côtière embouteillée. La canicule qui persiste a aussi été la cause d’une affluence inhabituelle. Pour cette saison estivale 2022, la wilaya a mis en évidence son attractivité ce qui a fait d’elle une réelle destination touristique. Même avec des prix inabordables, les hôtels affichent complet. En revanche, les familles qui viennent pour de courts séjours ne peuvent pas se permettre le luxe hôtelier, ils s’orientent alors vers un autre type d’hébergement. Les camps de toile, les camps de vacances et l’hébergement chez les particuliers vont à la rescousse des familles à faibles et moyens revenus. Aujourd’hui, nous voulons mettre en exergue ce phénomène de l’hébergement chez les particuliers qui a pris une ampleur disproportionnée. Un mode d’hébergement qui est commandé à travers des sites d’agences, des pages de réseaux sociaux et qui reste totalement incontrôlé. On loue des appartements équipés et non équipés par nuitée de 5000,00 da jusqu’à 10 000,00 da. Quelques fois ce sont des garages aménagés qui n’exercent que durant la saison estivale mais avec des tarifs insensés. Ceux qui louent en général sont ceux qui ont acquis des logements sociaux et qui n’y habitent pas, car ils possèdent une résidence. Leurs logements c’est comme un investissement mais acquis gracieusement. Les locations d’appartement dans les localités de l’intérieur, soit à moins de 20 km de la côte ne sont pas non plus données. Ce sont des centaines de logements loués tout l’été qui apportent, sans nul doute, un argent fou qui n’est jamais contrôlé. Les pouvoirs publics doivent s’intéresser à ce mode d’hébergement qui ne rapporte absolument rien au trésor public. Cette facette cachée du tourisme doit attirer l’attention des autorités pour de multiples raisons. En dehors de son aspect financier, un hébergement non contrôlé peut engendrer des fléaux outranciers. Dans beaucoup de pays touristiques, l’hébergement est le levier principal de l’économie. Des hôtels ordinaires, des  »hostal », des pensions et de l’hébergement partagé chez le particulier mais tous ces modes sont sous le contrôle de l’administration. Ces modes d’hébergement, au même titre que les chaînes d’hôtel connues, sont imposables. Par contre, chez nous on persiste dans l’informel mais on saigne le touriste national pour le moment.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Mostaganem. L’efficacité énergétique, on n’en parle de moins en moins

A l’instar des autres localités ...

Logements à Mostaganem. Au-delà de la symbolique de l’Indépendance

A Mostaganem et à l’instar ...

Fête nationale de l’Indépendance à Mostaganem. Un soir de juillet 1962 «El Kariel» marquait une brillante page de son histoire

En cette occasion de la ...

Mostaganem. Rencontre nationale sur la promotion de l’investissement touristique

Ce mardi 02 juillet 2024, ...

Tourisme à Mostaganem. Le ministre porte un intérêt particulier à la dynamique touristique

Monsieur Mokhtar Didouche, ministre du ...