Accueil » Point de Vue » «Terror in hiberna»

«Terror in hiberna»

Depuis sa grande défaite, dans les années 1990, le terrorisme en Algérie aurait préféré, par mesure de tactique, se replier vers des planques et des repaires déjà aménagées à cet effet. Il serait là caché, protégé et entretenu par ses semblables. Des algériens qui n’ont de l’algérianité et d’appartenance à ce pays, que ce faux qualificatif. En dépit de toutes les politiques de la main tendue à l’égard des groupuscules terroristes, suivies depuis le regretté président Boudiaf, jusqu’à la promulgation de la loi de la réconciliation nationale, début des années 2000, ces gens à l’esprit traître et criminel n’ont donné que peu d’intérêt à ces initiatives, visant à préserver le pays et le peuple de toute sorte de désolation. Il n’y a en fait, aucune religion, aucun rite religieux qui pourraient justifier le fait de tuer les gens innocents afin d’imposer la justice et restituer les droits bafoués. Il n’y a en effet, que des esprits psychopathes, à la mentalité déréglée qui seraient prêt à croire à de telles chimères. Combien d’innocents tués pendant la décennie noire et sanguinaire début 1992 ? Ce sont des dizaines de milliers d’algériens parmi eux des étrangers qui ont trouvé la mort gratuitement, sans que ces criminels sanguinaires déguisés en faux justiciers aient réussi à nous mettre, nous autres égarés, sur le droit chemin. Si ces groupuscules agissaient de leur propre chef, ils auraient il y a longtemps déposé les armes et repris le chemin du bon sens, du moment qu’il n’y a plus de raison de continuer sur une voie égarée qui ne paie plus. Mais, la réalité des choses, c’est tout autre ! Ces bandes de malfrats seraient liées à des forces ennemies extérieures, dont les postes de commandement tirent les ficelles de loin. Ils ont reçu l’ordre de se replier et d’entrer en hibernation jusqu’à nouvel ordre. C’est-à-dire le jour où l’on aurait besoin de leurs services. Ces gens prétendant agir en vue d’appliquer les préceptes de la religion islamique, font du mal qui est condamné par les principes et le dogme de la religion. Ensuite, qui aurait délégué ces gens de parler au nom du peuple pour qu‘ensuite se donner le droit de le représenter dans cette démarche, qui s’est avérée criminelle et destructrice, à plus d’un titre. Dès les premiers actes terroristes, il était clair que ces malfaiteurs ont fait de la religion un parfait déguisement visant à tromper le peuple afin de le traîner vers une périlleuse aventure sans lendemain. Il existe des résidus du terrorisme, et bien qu’attendez-vous pour l’écraser comme un pou. Il n’y a plus de discussion sur ce sujet.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Ça n’allaite plus Le lait se (re) fait rare

Une pénurie du lait qui ...

Pénurie et hausse des prix

La guerre du citoyen avec ...

Quel sort réserve-t-on pour le français?

“Un homme qui parle trois ...

Le réseau hôtelier national Est-il à la hauteur?

Quand nous abordons la situation ...

Société civile: quel rôle?

Lorsque l’on aborde la pertinente ...