Accueil » CHRONIQUE » Tension autour du pétrole !

Tension autour du pétrole !

Les cours du pétrole ont bondi vendredi, stimu-lés par la menace de la Russie de réduire sa production de pétrole, à laquelle se sont ajoutées des perturbations liées à une tempête hivernale aux Etats-Unis. Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février a pris 3,63%, pour clôturer à 83,92 dollars. Quant au baril de West Texas Intermediate (WTI) américain, avec échéance en février également, il a grimpé de 2,67%, à 79,56 dollars. Les deux variétés de référence ont atteint, en séance, leur plus haut niveau depuis près de trois semaines Au fait, il n’a pas fallu longtemps pour que La réponse de la Russie aux plafonds de prix fixés par l’Europe après l’invasion de l’Ukraine. Moscou pourrait réduire sa production de pétrole de 5 à 7% début 2023 en guise de contre-mesure aux plafonds fixés par les Occidentaux sur son brut et ses produits raffinés et cesser ses ventes aux États qui les soutiennent, a annoncé le vice-Premier ministre Alexandre Novak, soulignant que les réductions pourraient atteindre 500 000 à 700 000 barils par jour. Le plafonnement des prix du pétrole va conduire à « la destruction du secteur énergétique mondial », a déclaré, jeudi, le président russe Vladimir Poutine. « C’est un boulevard vers la destruction du secteur énergétique mondial. Il peut arriver un moment où l’industrie insuffisamment financée ne fournira plus le volume de produits requis sur le marché. Les prix pourront alors s’envoler. Et ils feront mal à ceux qui tentent de mettre en œuvre ces mesures », a-t-il indiqué à Moscou. A partir du 5 février 2023, l’Europe doit cesser ses approvisionnements en produits raffinés russes. Or, la dépendance du Vieux continent est plus importante et moins facile à substituer. Avec près de 600 000 barils par jour, la Russie pèse plus de la moitié des importations en diesel de l’Europe. Malgré une hausse des flux depuis le Moyen-Orient, le marché du diesel est déjà tendu avant l’embargo, avec des niveaux de stocks au plus bas et des marges de raffinage du diesel déjà à leur plus haut niveau des cinq dernières années, rapporte « L’Usine Nouvelle ». « Dans l’ensemble, les prix du pétrole brut pourraient continuer à augmenter, car nous nous attendons à ce que les marchés physiques se resserrent davantage en raison des contraintes de l’offre et d’une demande mondiale plus forte. Nous pensons que les prix seront bien soutenus dans une fourchette comprise entre 90 et 115 USD par baril au cours des prochains trimestres», rapporte «Entreprises Magazine».

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Prix compétitif du blé en 2024

Selon Maxime Raturat, analyste chez ...

La France face à ses Harkis…

La Cour européenne des droits ...

Climatisation au gaz naturel, une solution !

Le Commissariat aux Énergies Renouvelables ...

FAO, tout s’envole !

Les prix des produits alimentaires ...

Le baril atteindra les 100 dollars!

Mercredi, le prix du baril ...