Accueil » MONDE » Tchad. La junte nomme un gouvernement de transition
A Chadian flag fly at half mast at the ...Place de Le Nation... (Monument of independence) park in N'Djamena, Chad, Monday, April 26, 2021. Chad...s military transitional government said Sunday it will not negotiate with the rebels blamed for killing the country...s president of three decades, raising the specter that the armed fighters might press ahead with their threats to attack the capital .(AP Photo/Sunday Alamba)

Tchad. La junte nomme un gouvernement de transition

Deux semaines après la mort du président Idriss Déby, la junte a nommé un gouvernement de transition avec un opposant historique au ministère de la justice. La junte au pouvoir au Tchad depuis la mort du président Idriss Déby, le 20 avril, a nommé un gouvernement de transition, dimanche 2 mai, a annoncé, à la télévision d’Etat, le porte-parole de l’armée, le général Azem Bermandoa Agouna. Mahamat Idriss Déby, fils du défunt président, qui a pris la tête d’un conseil militaire de transition, a nommé par décret quarante ministres et secrétaires d’Etat. Il avait nommé, lundi 26 avril, Albert Pahimi Padacké au poste de premier ministre de transition. Dernier premier ministre d’Idriss Déby avant que ce dernier ne supprime le poste en 2018, Albert Pahimi Padacké avait promis un «gouvernement de réconciliation nationale» et avait lancé de «larges consultations» durant la semaine en vue de proposer des noms au président du conseil militaire de transition. Le nouveau portefeuille de la réconciliation nationale et du dialogue a été confié à Acheikh Ibn Oumar, ancien chef rebelle devenu en 2019 conseiller diplomatique à la présidence. Opposant historique à Idriss Déby Itno, Mahamat Ahmat Alhabo, du parti pour les libertés et le développement, a été nommé ministre de la justice. Le principal opposant, Saleh Kebzabo, ne fait, en revanche, pas partie du gouvernement. Plusieurs anciens ministres du dernier gouvernement d’Idriss Déby ont été reconduits ou nommés à d’autres ministères. Porte-parole du dernier gouvernement, Chérif Mahamat Zene est nommé ministre des affaires étrangères, poste qu’il a déjà occupé de 2018 à 2020. Lydie Beassemda, première femme candidate à une présidentielle en avril dernier, qui fut ministre sous Idriss Déby, est nommée à l’enseignement supérieur et la recherche.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

2ème journée de mobilisation contre la réforme des retraites en France. L’exécutif en opération colmatage

Après une deuxième journée de ...

Législatives en Tunisie. Très faible participation et nouveau désaveu pour le président

Très peu de Tunisiens et ...

Giorgia Meloni en Libye pour signer un méga-contrat gazier

L’Italie, comme les autres pays ...

Barrage de la Renaissance. Le Soudan en accord «sur tous les points» avec l’Éthiopie

Le Premier ministre éthiopien Abiy ...

Relations avec la France. Le Burkina Faso s’inspire-t-il du Mali?

Le porte-parole du gouvernement du ...