Accueil » RÉGIONS » Suite aux incendies de forêt de l’été dernier. La production de liège en chute à Béjaia

Suite aux incendies de forêt de l’été dernier. La production de liège en chute à Béjaia

La production de liège, dans la wilaya de Béjaia, a diminué cette année, de plus de 30 %, suite aux incendies de forêt qui ont ravagé des surfaces importantes d’arbres. Selon la Conservation des forêts, «1.877 quintaux de liège ont été seulement collectés cette année contre 5.160 quintaux l’année passée, une production qui a chuté de plus de 30%», ajoute encore notre source. «Sur 20 lieux concernés par la collecte, 07 ont été ravagés par les feux de forêt de l’été dernier», indique encore notre interlocuteur de la Conservation des Forêts qui impute aussi cette chute «à l’arrêt de travail de l’entreprise, chargée de cette collecte, suite aux mêmes incendies de forêt». Concentré dans le massif forestier très boisé de l’Akfadou, culminant à près de 1.700 m d’altitude, le chêne-liège occupe une superficie de 54.000 ha de forêt. Le liège de cette région est surtout utilisé par des usines de transformation que ce soit de Béjaia ou Jijel, pour la fabrication de bouchons, semelles, flotteurs. Compte tenu de la qualité du liège de cette région, les spécialistes de la construction l’utilisent aussi comme isolant que ce soit pour la construction de bâtiment, dans le cadre des constructions antisismiques ou pour l’insonorisation des salles de spectacle et de théâtre. Le liège de l’Akfadou est devenu, au fil des années, très demandé par les transformateurs et autres utilisateurs, mais voila que la production est en baisse d’année en année pour beaucoup de raisons. La chute de production du liège à Akfadou est due, à en croire les agents forestiers, en charge de ce dossier, aux incendies ravageurs que connaît, chaque année, la wilaya de Béjaia, en estimant la surface détruite par les flammes, durant ces dernières années, à plus de 5 000 ha.
Un véritable saccage, nous dit-on encore, puisque la production actuelle ne dépasse pas 2.000 mètres cubes, alors quelle dépassait les 10.000 M3, constatent médusés nos interlocuteurs. Les incendies de forêt ne sont pas les seules causes de la destruction du massif forestier de l’Akfadou, la main de l’homme aussi qui continue à couper des arbres illicitement. Les spéculateurs qui n’épargnent aucun secteur, même celui des forêts, continuent de massacrer la forêt de l’Akfadou, à coup de scies et de haches, en toute impunité. « Lorsque la hache entre dans la forêt, les arbres disent le manche est l’un des nôtres », dit un adage kabyle. Au niveau de la Conservation de Forêts, on nous confirme justement ces coupes illicites qui ont nécessité le redéploiement des agents des forêts, mais la densité du massif arrange bien les affaires «de la mafia du bois». Cette Direction table maintenant sur le plan du repeuplement du liège, un programme déjà lancé où des centaines d’hectares de chêne-liège ont été reboisées. Un programme de reboisement qui ne suffit pas à lui seul pour repeupler toute les surfaces saccagées par les feux et l’homme, s’il ne s’accompagne pas, bien sûr, d’un plan de vigilance quotidienne pour la sauvegarde du patrimoine forestier. A quand cette magnifique forêt sera-t-elle enfin dotée d’une protection à la hauteur de ses bienfaits, à plus d’un titre et des attentes des citoyens, ne cessent de s’interroger plusieurs militants associatifs, engagés dans la protection de cette forêt. Rappelons que le massif forestier de l’Akfadou a été classé Parc national, dès 1924, par les autorités coloniales, pour être ensuite classée au rang de réserve naturelle en 1985 avant qu’elle ne soit dotée du statut de Parc naturel régional en 2005. Le massif forestier de l’Akfadou a besoin d’un programme spécial pour sa sauvegarde.

À propos Hocine Smaali

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Gisement du zinc-plomb d’Oued Amizour (Bejaia). Un projet minier stratégique pour le gouvernement

Le gisement du zinc-plomb d’Oued ...

A Melbou et Akbou (Béjaïa). Coup de filet dans le milieu de la drogue

Un groupe de trafiquants de ...

Elections communales partielles à Béjaïa. Début de la campagne à Akbou, Toudja, Feraoun et M’cisna

La campagne électorale pour les ...

Béjaïa. La production de la figue chute de plus de 80% à Beni Maouche

La région de Beni Maouche ...

Lutte contre l’analphabétisme. Le «fléau colonial» bientôt éradiqué

Au lendemain de l’indépendance de ...