Accueil » RÉGIONS » Stidia (Mostaganem). Le Méridien de Greenwich un atout inexploité

Stidia (Mostaganem). Le Méridien de Greenwich un atout inexploité

C’est à Stidia (ex-Georges Clémenceau), dans la wilaya de Mostaganem où traverse le Méridien Greenwich. Selon les explications données, le méridien de Greenwich est un premier méridien, c’est-à-dire un méridien où la longitude est définie comme égale à 0°. Il passe à travers l’Observatoire royal de Greenwich, à Greenwich (banlieue de Londres), au Royaume-Uni. Avec le 180e méridien qui lui est directement opposé, il définit les hémisphères Est et Ouest. Nos recherches nous ont mené à connaître également qu’à la différence des parallèles qui sont définis par l’axe de rotation de la terre, le choix du méridien de Greenwich comme premier méridien est arbitraire et d’autres méridiens furent utilisés au cours de l’histoire (comme le méridien de Paris, par exemple). Le méridien de Greenwich fut adopté comme standard international en octobre 1884 à la conférence internationale du méridien de Washington. Ce méridien est une ligne imaginaire qui divise le monde en hémisphères oriental et occidental. Cette ligne imaginaire qui traverse plusieurs pays passe, en Algérie à 15 km à l’ouest du chef-lieu de la wilaya de Mostaganem. Ce méridien de la longitude est considéré important car c’est la référence pour le système de géolocalisation GPS. Géographiquement, il traverse plusieurs pays mais dans beaucoup de ces pays il est matérialisé soit par un monument, soit par une sculpture soit par une œuvre d’art. Cette matérialisation lui confère l’importance de son passage sur un territoire donné. Dans les pays où cette ligne traverse, il est utilisé comme atout touristique. Le cas de la ville de Castellón (Espagne) qui, en 1988, s’est intéressée à construire tout un parc sur le passage de ce point zéro. En Normandie soit à Villers Sur Mer ( France), une salle du Paléospace qui est une Odyssée consacrée au Méridien de Greenwich. Elle propose une scénographie mettant en valeur les très beaux objets de la marine de l’Observatoire de Paris et les propres collections du musée. A Londres ( Grande Bretagne), le méridien est à même l’observatoire royal dans un des bâtiments à l’architecture remarquable, dans une proche banlieue de Londres avec un faisceau laser projeté afin de marquer l’emplacement du premier méridien. Tout cet intérêt porté à cette ligne imaginaire suppose sa valorisation comme atout touristique. Malheureusement, à Stidia, c’est une seule plaque en métal qui ne le valorise aucunement. Dans cette commune où passe le méridien, on le signale avec une simple plaque sur le bas-côté de la RN 11. Une plaque qui ne lui donne guère la signification scientifique que le méridien porte. Les plaques, d’un aspect médiocre, ont changé, tantôt de dimensions tantôt de couleurs à chaque nouveau mandat des APC successives. D’un autre côté, on s’étonne sur les raisons pour lesquelles l’Université Abdelhamid Ibn Badis ne s’y est jamais intéressée. Pour rappel, il y moins de quatre ans, un wali a voulu marquer ce passage par un monument et avait lancé une étude dans ce sens mais le projet s’est arrêté après le départ du responsable.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Coopération à Mostaganem. Partenariats obsolètes et conventions fantaisistes

A Mostaganem, comme partout ailleurs, ...

Circulation routière à Mostaganem. Ville congestionnée attend mesures adaptées

Ces dix derniers jours du ...

Agriculture à Mostaganem. Le wali supervise les récoltes primaires de la pomme de terre

Le chef de l’Exécutif a ...

Le président du CSJ à Tissemsilt. L’initiative «Bravo aux jeunes» vise à ancrer les valeurs de solidarité

Le président du Conseil supérieur ...

Entrepôt sous douane Mostaganem. Un levier absolu pour la dynamique économique

Insuffler la dynamique économique nationale ...