Accueil » ORAN » Stationnement abusif. Trottoirs confisqués aux piétons

Stationnement abusif. Trottoirs confisqués aux piétons

Le stationnement sauvage sur les trottoirs connaît un fort développement dans la plupart des villes algériennes. II accroît le déséquilibre modal en renforçant la part prépondérante de l’automobile dans l’espace public et en rendant les déplacements des piétons particulièrement incommodes et dangereux, voire pour les personnes à mobilité réduite. Circuler dans certaines ruelles dans la première commune d’Algérie, n’est pas chose aisée surtout au niveau de la ville nouvelle et le centre de la ville en raison de l’état défectueux des trottoirs et au niveau des boulevards et ruelles qui abritent des grossistes, comme c’est le cas de Maraval, les Castors, Sid Hasni et dans plusieurs autres lieux de la ville. Les piétons trouvent tout le mal du monde et sont parfois obligés d’emprunter la chaussée, les personnes âgées pour qui, descendre sur la chaussée représente une épreuve pénible et dangereuse. A l’avenue d’Arcole, Cité Perret et ailleurs, les piétons sont continuellement confrontés à de mauvaises surprises, un phénomène qui prend de l’ampleur ; les trottoirs de la ville d’Oran servent maintenant de parkings pour voitures et même des camions, rien ne semble capable d’enrayer cette anarchie. Des citoyens se sont emparés des réseaux sociaux pour publier des images de cas de squat de trottoirs à Oran. Le squat des trottoirs par des automobilistes, peu soucieux du respect des règles élémentaires de la citadinité, a atteint des proportions telles que certains quartiers sont devenus carrément inaccessible aux piétons, certains citoyens que nous avons rencontrés pensent que la loi ne s’applique que dans certains endroits de la ville à savoir la Ville Nouvelle principalement, alors qu’ailleurs tout est permis. Outre le développement de l’incivisme, le stationnement sur trottoir résulte du laxisme des pouvoirs publics. Pour avoir laissé faire pendant longtemps, l’autorité a du mal à faire accepter l’ordre à ces indus occupants.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Circulation routière et transport public. Les grands points noirs de la ville

L’un des points noirs dont ...

Commerce informel. Terrains agricoles squattés et exploités illicitement

La réglementation en matière d’urbanisme ...

Prolifération de chiens errants. Incivisme, laisser aller et inquiétude

Ecumant les cités à la ...

Rideaux baissés. Le calvaire des Oranais pendant l’Aïd El Fitr

En dépit des assurances de ...

Association coeur ouvert «Lala». La solidarité au rendez-vous

L’élan de solidarité demeure une ...