Accueil » Point de Vue » Spéculation et hausses des prix Ça n’en finit jamais !!

Spéculation et hausses des prix Ça n’en finit jamais !!

Les mêmes causes produisent toujours et sans l’ombre d’une exception les mêmes effets. C’est une des plus basiques règles de la logique. Donc, si les services concernés de l’Etat affichent une absence ou incapacité à faire face aux spéculateurs, logiquement les spéculateurs vont continuer à accomplir leurs forfaits à l’égard de l’économie et du pouvoir d’achat du citoyen. Pourquoi de telles choses arrivent ? C’est -toujours logiquement- parce qu’il y aurait des choses qui ne vont pas selon les normes dans les arcanes de l’Etat algérien. J’ai bien dit des arcanes et non des services ! Au niveau des services, tout semble aller à merveille et selon les lois en vigueur… C’est plutôt au niveau de la partie imperceptible et obscure de l’édifice que les choses vont autrement. Elles seraient soumises à une autre logique. Celle de l’argent sale et des esprits cupides et corrompus. C’est là que règne le fait accompli de la priorité aux intérêts personnels. Ici, Dieu, la morale, la patrie, l’enfer et le paradis et toute cette agaçante nomenclature ne sont que des notions abstraites, bonnes pour ces naïfs de vertueux. Dans des précédentes chroniques, nous avons assez dit au sujet de ces «chefs de guerre» spéculateurs et autres magnats de l’économie informelle qui ont bravement, réussi à surpasser l’Etat.. Ils ne servent pas l’Etat et la nation, mais ils s’en servent. Nous avons sincèrement cru que la situation qui prévalait avant la chute de l’ancien régime détrôné par le hirak de 2019, allait être balayée dans 24 mois au plus tard, suite aux mesures de réformes intensément médiatisées en cette époque cruciale de l’histoire de l’Algérie. Ces réformes expéditives préconisées par le nouveau régime au début de l’année 2020. Nous abordons la quatrième année et les réformes, notamment celles concernant la lutte contre les réseaux de l’économie informelle et les cartels de la spéculation, clopinent toujours. Il y a des efforts concluants, certes, qu’il serait malhonnête de renier. Cependant, ce qui a été bravement réalisé restera insignifiant par rapport à ce qui demeure constamment, puissant et nuisible. Cela devrait nous inspirer une idée pessimiste sur la puissance illimitée des réseaux de la spéculation, dont les effets resteront visiblement constatés dans les pénuries récurrentes, les hausses imprévues et débridées des produits alimentaires, des légumes, des fruits et des viandes. Le plus grand mal qui pourrait constituer un défi majeur pour les pouvoirs publics, n’est autre que les réseaux de la spéculation …

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le 16 avril: Jour de la science… tout un symbole

Les Algériens avaient choisi le ...

Le Proche-Orient sur une poudrière

Dès le 07 octobre dernier, ...

Israël est désormais vulnérable!

A vrai dire, la vulnérabilité ...

Et, si l’Iran attaque Israël?

C’est possible… Mais une telle ...

Pas de fête de l’Aïd pour Ghaza

Comment pourrait-on penser à célébrer ...